Institutionnel

06/06/2016

ENQUÊTE 2016 DU CERCLE DE L’ÉPARGNE* « LES FRANÇAIS, LA RETRAITE ET L’ÉPARGNE »

LES FRANÇAIS PRÊTS À AGIR POUR LEUR RETRAITE ET LEUR ÉPARGNE !
 
Les Français sont attachés à leur retraite d’où leur inquiétude en ce qui concerne son évolution. Ils sont prêts à accepter certaines réformes sous réserve que l’âge légal ne soit pas reporté à 65 ans. Afin de maintenir leur niveau de vie à la retraite, ce qui constitue une priorité, ils sont une majorité à épargner et ils sont favorables au développement de fonds de pension à la française.
 
En matière d’épargne, les épargnants jugent que prise de risques rime avec un meilleur rendement. Si l’immobilier reste une valeur sûre, l’assurance-vie conforte sa première place au sein des placements financiers avec une montée en puissance du contrat multi-supports permettant de panacher fonds euros et unités de compte.
 
 
Les chiffres clefs
 
·  55 % des épargnants jugent normal que le rendement soit conditionné à une prise de risques accrue
 
·  65 % des Français pensent que le placement immobilier est plus intéressant que l’assurance-vie (62 %)
 
·  55 % des Français déclarent épargner en vue de la retraite
 
·  66 % des Français sont favorables aux compléments de revenus par capitalisation

 

I.              LES FRANÇAIS FACE LEUR RETRAITE

 
1.    Une inquiétude à la hauteur de l’attachement des Français à leur système de retraite
                                                                                                                                           
La succession des réformes et les difficultés économiques et financières de la France génèrent un climat anxiogène qui se traduit par un sentiment largement partagé au sein de la population que notre système de retraite est menacé.
 
 
2.    Quelles réformes pour conforter le système de retraite ?
 
Les Français restent attachés à l’idée de partir tôt à la retraite, autour de 60 ans si possible. De ce fait, il n’est pas étonnant qu’ils rejettent à 60 % le report de l’âge légal de 62 à 65 ans. Le principe de travailler plus longtemps pour avoir une meilleure pension divise les actifs en deux catégories (50 % étant pour, quand 50 % sont contre).
 
L’unification des régimes de retraite est très favorablement accueilli ; 72 % des sondés y sont favorables.
 
Le développement des fonds de pension n’est plus un sujet de clivage au sein de l’opinion (66 % des Français sont favorables, 70 % à droite et 59 % à gauche). La reconnaissance officielle par la loi Sapin II des fonds de pension témoigne d’une réelle évolution des mentalités en la matière.
 
 
3.    72 % des Français pensent que leur pension est ou sera insuffisante pour vivre correctement
 
Près des 3/4 des Français considèrent que leurs pensions ne leur permettent pas ou ne leurs permettront pas de vivre correctement. Près de la moitié des retraités partagent ce sentiment (49 %)
 
 
4.    Comment bien préparer financièrement sa retraite ?
 
Pour 63 % des Français, être propriétaire de sa résidence principale constitue la solution pour préparer sa retraite. Pour 31 % d’entre eux, cette préparation passe également par la réalisation d’investissements dans l’immobilier locatif.
 
Ils sont 52 % à penser que le recours à l’épargne financière est nécessaire (30 % optent pour des produits longs comme l’assurance-vie, et 22 % pour des produits dédiés à la retraite).
 
Plus de la moitié (55 %) des Français déclarent épargner en vue de la retraite dont 16 % régulièrement. En 2015, ils étaient 57 % à déclarer épargner en vue de la retraite. L’actualité moins dense sur le thème de la retraite peut expliquer ce tassement. Les revenus aisés épargnent le plus, de manière assez logique, en vue de la retraite (68 %).
 
 
 
II.            LES FRANÇAIS FACE À LEUR ÉPARGNE !
 
1.    Le rendement de l’épargne est attendu stable pour 2016
 
45 % des Français anticipent une stagnation des rendements de l’épargne en 2016 contre 11 % qui prévoient une hausse. 44 % considèrent, de leur côté qu’une baisse est incontournable.
 
 
2.    La prise de risque pour avoir du rendement est de plus en plus acceptée par les épargnants
 
55 % des épargnants jugent normal que les placements financiers évoluent vers un peu plus de risques pour permettre un meilleur rendement. En revanche, les non-épargnants sont à 67 % opposés à cette tendance. Les catégories sociales traditionnellement épargnantes sont les plus favorables à la prise de risques (72 % chez les cadres supérieurs).
 
 
3.    La pierre et l’assurance-vie, les deux placements préférés des Français
 
Sans surprise, les Français restent attachés aux valeurs sûres que sont la pierre (65 % des sondés considèrent ce placement intéressant) et l’assurance-vie (62 %). Les contrats d’assurance-vie sont plébiscités par ceux qui en ont un. 84 % des titulaires d’un tel contrat jugent l’assurance-vie intéressante.
 
46 % des personnes sondées privilégient les contrats multi-supports associant fonds euros et unités de compte. Ils sont néanmoins 42 % à préférer le fonds euros au risque d’avoir un faible rendement. En revanche, le côté « tout unités de compte » ne retient l’intérêt que de 12 % des sondés. Les unités de comptes pures sont privilégiées un peu plus chez les 18-24 ans (15 %) et chez les jeunes actifs (25-34 ans).
 
 
* À la demande du Cercle de l’Épargne, le Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (CECOP) a conduit une étude sur les Français, la retraite et l’épargne.
 
 
L’enquête a été réalisée sur Internet du 19 au 22 avril 2016 auprès d’un échantillon de 1 003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Le terrain d’enquête a été confié à l’Institut français d’opinion politique (IFOP).
 
 
Tous les résultats de l’enquête sont sur le site du Cercle : www.cercledelepargne.com/// ///
 
 
 
Le Cercle de l’Épargne est un centre d’études et d’information présidé par Jean-Pierre Thomas et animé par Philippe Crevel. AG2R LA MONDIALE est partenaire du Cercle de l’Épargne.
 
Le Cercle a pour objet la réalisation d’études et de propositions sur toutes les questions concernant l’épargne, la retraite et la prévoyance. Il entend contribuer au débat public sur ces sujets.
 
Pour mener à bien sa mission le Cercle est doté d’un Conseil Scientifique auquel participent des experts reconnus en matière économique, sociale, démographique, juridique, financière et d’étude de l’opinion. Le conseil scientifique du Cercle comprend Robert Baconnier , ancien Directeur général des impôts et ancien Président de l’Association Nationale des Sociétés par Actions (ANSA) ; Jacques Barthélémy , avocat conseil en droit social et ancien professeur associé à la faculté de droit de Montpellier ;  Philippe Brossard , chef économiste d’AG2R LA MONDIALE ;  Jean-Marie Colombani , ancien Directeur du Monde et fondateur de Slate.fr ;  Jean-Paul Fitoussi , professeur des universités à Sciences-Po Paris ;  Jean-Pierre Gaillard , journaliste et chroniqueur boursier ;  Christian Gollier , Directeur de la Fondation Jean-Jacques Laffont – Toulouse Sciences Économiques, membre du Laboratoire d'Économie des Ressources Naturelles (LERNA) et Directeur de recherche à l’Institut d'Économie Industrielle (IDEI) à Toulouse ;  François Héran , ancien Directeur de l'Institut national d’études démographiques (Ined) et Directeur du département des sciences humaines et sociales de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR);  Jérôme Jaffré , Directeur du Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (CECOP) ;  Florence Legros , Directeur général de l’ICN Business School de Nancy ;  Jean-Marie Spaeth , Président honoraire de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) et de l’École Nationale Supérieure de Sécurité Sociale (EN3S) et  Jean-Pierre Thomas , ancien député et Président de Thomas Vendôme Investment.