• Accueil >
  • Groupe >
  • Espace presse >
  • Système d'Information Permanent sur l'Autonomie Fonctionnelle (SIPAF) : Une étude pionnière en France soutenue par AG2R ISICA et présentée lors du 19ème congrès mondial de gérontologie et de gériatrie

Action Sociale

08/07/2009

Système d'Information Permanent sur l'Autonomie Fonctionnelle (SIPAF) : Une étude pionnière en France soutenue par AG2R ISICA et présentée lors du 19ème congrès mondial de gérontologie et de gériatrie

AG2R ISICA, dont l'action sociale est tournée vers l'amélioration de la qualité de vie et le bien-être des salariés et des retraités, a souhaité être présent au 19ème Congrès Mondial de gérontologie et de gériatrie pour organiser un symposium sur le Bien Vieillir, qui avait lieu dimanche 5 juillet 2009 sur la thématique : "Comprendre et accompagner le Bien Vieillir : présentation d'une étude longitudinale sur les conditions du bon vieillissement des allocataires AG2R ISICA".

Ce symposium présentait le Système d'Information Permanent sur l'Autonomie Fonctionnelle (SIPAF), soutenu par AG2R ISICA: la première étude de ce genre à être menée en France. Amorcée en juillet 2008 et planifiée sur 6 ans, cette étude de santé publique est réalisée auprès d'un échantillon annuel de 3 000 allocataires des institutions de retraite du groupe, UGRR-ISICA et UGRC. Son objectif est d'analyser, par âge et par génération, toutes les conséquences de la perte d'autonomie.

C'est pour aller plus loin dans le développement des services proposés et renforcer ses actions de prévention que le Groupe a souhaité mettre en place ce système d'information sur la connaissance de la perte d'autonomie fonctionnelle chez les personnes âgées, et des facteurs qui peuvent influer sur ce risque.

844 enquêtes ont déjà été réalisées depuis le 1er juillet 2008 (voir détails de l'étude SIPAF en annexe).

A l'occasion de ce symposium sur le Bien Vieillir, 3 intervenants se sont succédés pour expliquer et commenter l'étude SIPAF, et AG2R ISICA a présenté son engagement dans le domaine du Bien Vieillir.

Les premiers résultats observés font apparaître plusieurs éléments au niveau de la réception des allocataires :

  • un besoin d'explications sur le déroulé de l'enquête.
  • majoritairement, les enquêtrices sont très bien accueillies, souvent invitées à prolonger la visite, les allocataires sont satisfaits et attendent la suite de l'étude.
  • aucun incident et aucun accident ne sont survenus, le bon sens clinique des infirmières a su repérer d'emblée les personnes à risque.
  • lorsque l'allocataire vit en institution gérontologique, les prises de rendez-vous et les entretiens ont davantage été problématiques. Cependant, grâce à la patience et à la perspicacité des infirmières, seule une minorité de ces allocataires n'a pu participer à l'enquête.

Extraits des interventions

Joël Ankri, Professeur, Groupe hospitalier Sainte-Périne (AP-HP), Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, a abordé le thème "Perte d'autonomie : de l'intérêt d'une étude basée sur une cohorte" :
"Seules les études longitudinales en population permettent d'éliminer le biais lié au effets générationnels et d'estimer le mieux l'incidence de phénomènes morbides comme la perte d'autonomie fonctionnelle ainsi que leur évolution dans le temps. Elles permettent également l'étude des facteurs de risque à la base des actions et interventions de prévention. Ces études sur des populations âgées, voire très âgées, sont malheureusement peu nombreuses dans notre pays."

Jean-Marie Robine, Directeur de recherche à l'Inserm, démographe, spécialiste de la longévité, a présenté "L'architecture d'ensemble du SIPAF et les principes généraux du protocole du système d'information" :
"Pour pouvoir assurer dans la plus grande transparence la perte de l'autonomie de ses adhérents, AG2R ISICA a mis en place un système d'information majeur dit SIPAF. Ce système permet de suivre chaque cohorte de naissance à partir de l'âge de 70 ans et de mesurer les risques réels de perte de l'autonomie pour chacune d'entre elles, ainsi que les évolutions d'une cohorte à l'autre. Cette architecture permet d'établir des séries chronologiques par sexe et âge qui seront à la base de projections pour les années futures."

Jean-Jacques Arvieu, Médecin des Hôpitaux, Gériatre, Coordinateur de l'étude SIPAF, Médecin conseil AG2R ISICA, est intervenu sur le thème "Observations concrètes sur le déroulement de l'enquête" :
"Nous avons pu noter un délai de réflexion entre l'entretien avec l'infirmière pour la prise de rendez-vous et la prise effective de rendez-vous afin d'organiser la vie quotidienne pendant l'enquête. Parfois ce délai de réflexion a conduit à un refus secondaire ou un report. Les refus secondaires sont parfois non motivés ou alors ils sont liés aux aléas de la vie quotidienne des retraités qui s'occupent notamment de leurs petits-enfants. Nous avons également remarqué un refus suite à des pressions sur l'allocataire de la part de l'entourage ou de son médecin référent."

***

 

A propos d'AG2R ISICA

AG2R ISICA, deuxième groupe français de retraite complémentaire et de prévoyance à gestion paritaire, propose des contrats collectifs et individuels (prévoyance, santé, incapacité/invalidité, dépendance, épargne).
Guidé par des valeurs de partage et d'humanisme depuis sa création, AG2R ISICA consacre chaque année un budget de 35 millions d'euros à des aides individuelles et des projets collectifs notamment dans les domaines du vieillissement (accompagnement de la perte d'autonomie à domicile ou en structures collectives), de la prévention santé, de la lutte contre l'isolement, du maintien à domicile, etc.

 

Annexe - Détails de l'étude SIPAF

Durée de l'étude prévue :
6 ans - début en juillet 2008

Echantillon de l'étude :
5 cohortes.
Un échantillon de 3000 retraités représentatif de la population UGRR, UGRC et ISICA est tiré au sort chaque année.

2 passages par enquête sont réalisés :

  • un passage initial pour établir l'état de santé fonctionnelle des sujets enquêtés.
  • un passage de suivi à un an pour mesurer l'incidence du risque.

Cette population est revue l'année suivante. Cela représente au total 6000 visites par an.

Nombre de personnes total concernées par l'étude : environ 15 000 allocataires, âgés de 70 ans et plus.

Les centres d'enquête :
Actuellement 24 centres en activité : 2 sur Paris, Melun, Marseille, Lille, Montpellier, Reims, Metz, Pau, Limoges, Clermont Ferrand, Rennes, Besançon, Poitiers, Toulouse, Strasbourg, Orléans, Nantes, Dijon, Perpignan, Grenoble, Nice, Amiens, Bordeaux.

Le questionnaire :
Il comporte 574 questions posées aux allocataires via un protocole d'enquête informatisé. Il porte sur 23 domaines, regroupés en 10 sections :

  • Caractéristiques socio-démographiques
  • Histoire familiale
  • Santé déclarée
  • Utilisations des nouvelles technologies
  • Restrictions d'activités
  • Santé mentale
  • Facteurs de risques (au nombre de 7) : activité physique, tabac, alcool, psychotropes, relations sociales, ressources économiques, support environnemental
  • Services de proximité
  • Nutrition
  • Consommation médicale.

L'équipe chargée de l'enquête :
Un directeur de projet : Jean-Pierre Audran
Un chef de projet :Audrey Goetzmann
Un médecin coordinateur : Jean-Jacques Arvieu
Un cadre infirmier coordinateur : Isabelle Romy
Une infirmière diplômée d'état dans chaque centre d'étude, soit 24 à ce jour.

 

Contacts Presse AG2R LA MONDIALE

Audrey Donnenfeld
Tél. : 01 76 60 90 33
audrey.donnenfeld@ag2rlamondiale.fr

Mélissa Bourguignon
Tél. : 01 76 60 90 30
melissa.bourguignon@ag2rlamondiale.fr