Les affections psychiques liées au travail en forte hausse

Anxiété, dépression, burn out… Selon l’Assurance Maladie, les cas de troubles psychosociaux au travail se sont multipliés ces dernières années. rendant indispensables la mise en place de dispositifs de prévention en entreprise.

Les affections psychiques liées au travail en forte hausse

Un phénomène en constante augmentation 

Dans une étude publiée en 2018*, l’Assurance Maladie-Risques professionnels dressait un état des lieux préoccupant. Sur les 626 000 accidents du travail (AT) officiellement reconnus en 2016 par sa branche Accidents du travail et maladies professionnelles (AT/MP), plus de 10 000 étaient de nature psychique. Près de 600 cas ont par ailleurs été reconnus comme maladie professionnelle, soit 7 fois plus qu’en 2011.  

Ces chiffres révèlent une progression soutenue de ces affections qui peuvent prendre la forme d’épisodes dépressifs, de troubles anxieux ou encore d’état de stress post-traumatique, directement liés au milieu professionnel. Une évolution d’autant plus marquante que la sinistralité globale au travail – qui regroupe les accidents du travail, les accidents de trajet et les maladies professionnelles – connaît un niveau historiquement bas.  

 

Des victimes majoritairement féminines 

La cause de ces souffrances psychiques ? Dans la moitié des cas, des conditions de travail intrinsèquement difficiles (charge de travail, conflits, harcèlement…) qui entraînent anxiété et dépression. Dans l’autre moitié, le facteur déclencheur est extérieur, engendré par une situation violente survenant sur le lieu de travail (agression, menaces...).  

Les métiers en lien avec le public sont ainsi les plus concernés : le secteur médico-social, le transport de personnes et le commerce de détail concentrent près de la moitié des cas enregistrés en 2016. Particulièrement représentées dans ces secteurs à risque, les femmes sont davantage touchées que les hommes (près de 6 cas sur 10). La fréquence de ces pathologies est plus forte chez les employés et l’âge le plus vulnérable est de 40 ans.  

 

Des arrêts de travail plus longs 

L’exposition à de telles situations de travail est lourde de conséquences. Sur la santé des victimes en premier lieu, qui développent davantage de maladies cardio-vasculaires, de troubles musculo-squelettiques et de symptômes d’épuisement professionnel pouvant aller jusqu’au suicide (entre 10 et 30 cas recensés comme AT chaque année). L’impact est également d’ordre économique, la durée moyenne d’arrêt de travail observée étant de 112 jours, contre 65, tous AT confondus.  

Face à cet enjeu de santé publique, l’Assurance Maladie incite les employeurs à engager des actions de prévention et de détection des risques psychosociaux (voir définition). L’organisme entend également renforcer l’accompagnement des victimes. D’une part, en encourageant la déclaration des sinistres pour permettre aux salariés concernés d’accéder à leurs droits. D’autre part, en favorisant leur reprise d'activité ou leur reconversion professionnelle.  

 

« Risques psychosociaux : en parler pour en sortir » 

L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) met à disposition sur son site Internet un dossier thématique sur les risques psychosociaux à l’attention de tous les acteurs de l’entreprise. Parmi les outils destinés aux salariés, un dépliant pédagogique aide le lecteur à identifier les causes et les signaux de son mal-être et l’oriente vers les différents interlocuteurs qu’il peut solliciter, au sein ou à l’extérieur de son entreprise, s’il s’estime exposé au stress, à des agressions, au burn out ou au harcèlement dans son travail.  

 

 

Définition  
Les risques psychosociaux (RPS) regroupent le stress, les violences externes (insultes, incivilités, agressions...) 
et les violences internes (harcèlement moral ou sexuel, conflits exacerbés...). Ils se traduisent par un mal-être au travail, un sentiment d’épuisement professionnel (burn out) ou une souffrance mentale et/ou physique.  
Partager sur les réseaux sociaux