OK
  • Devis
    OK
  • Agence
  • Contact
  • FAQ
Retraite : le coefficient <BR>de solidarité en 3 points

Retraite : le coefficient
de solidarité en 3 points

9 avril 2018

À partir du 1er janvier 2019, le coefficient de solidarité entrera
en vigueur pour les bénéficiaires des pensions de retraites
Agirc-Arrco. Le point sur ce nouveau dispositif.

De quoi s’agit-il ?

L’Agirc et l’Arrco sont les caisses de retraite complémentaire obligatoire des salariés du privé. En octobre 2015, ces organismes ont adopté un accord instaurant un coefficient de solidarité sur les pensions versées à partir de 2019. Cette décote atteint 10% et s’applique pendant 3 ans jusqu’aux 67 ans maximum du retraité.
Elle vise à inciter les actifs en fin de carrière à travailler davantage, et donc à cotiser davantage, afin de participer au rééquilibrage des caisses de l’Agirc et de l’Arrco.

Qui sera concerné ?

Seront concernés par cette décote, les anciens salariés du privé nés en 1957 ou après 1957 qui prendront leur retraite à partir du 1er janvier 2019, en disposant de leurs droits à la retraite du régime de base à taux plein.
Ce coefficient de solidarité s’appliquera également aux personnes bénéficiant d’une retraite anticipée dans le cadre d’une carrière longue.
Les anciens cadres, dont la pension de retraite complémentaire pèse plus lourd dans leur retraite globale, seront particulièrement impactés.

Comment ne pas être trouché par ce coefficient de solidarité ?

Pour échapper à cette décote, les salariés concernés devront consentir à travailler plus longtemps. Ils devront ainsi liquider leurs droits à la retraite, non pas à la date à laquelle ils auront atteint le taux plein dans le régime de base, mais 4 trimestres calendaires plus tard.
Un salarié en fin de carrière qui acceptera de prolonger de 2 ans son activité se verra même verser un bonus de 10 % sur sa pension pendant
12 mois. Cette majoration atteindra 20 % si le salarié travaille encore 3 ans et 30 % s’il prolonge son activité sur quatre années.

À noter que les retraités aux ressources modestes bénéficiant d’une exonération de la CSG (contribution sociale généralisée) ne se verront pas appliqués de décote de 10%. En revanche, les retraités bénéficiant d’une CSG à taux réduit seront touchés par un coefficient de solidarité allégé à 5%.

 

En savoir plus sur le fonctionnement de la retraite complémentaire

Partager sur les réseaux sociaux