Tous les sites AG2R LA MONDIALE
Suppression du RSI

Suppression du RSI

20 février 2018

Point de vigilance n°8 de la LFSS 2018 : la LFSS 2018 a apporté des
modifications et/ou évolutions importantes pour vos clients en
matière de protection sociale. Dans ce point de vigilance, vous
retrouverez l'impact de la suppression du RSI.

RAPPEL : L’interlocuteur Social Unique (ISU) avait pour objectif de simplifier le recouvrement des cotisations des artisans et commerçants, auprès d’un seul organisme, résultant d’un partage des tâches entre les caisses du RSI et les URSSAF, ces dernières agissant pour le compte des premières.

 

RAPPEL : Le RSI est le deuxième régime social français avec près de 6,5 millions d’assurés dont 2, 8 millions de chefs d’entreprises et 2 millions de retraités, et gère l’assurance maladie - maternité de l’ensemble des travailleurs indépendants ainsi que les assurances vieillesse de base et complémentaires et assurance invalidité-décès des artisans, commerçants et industriels.

 

En raison de nombreux dysfonctionnements, l’article 16 de la LFSS pour 2017 avait déjà prévu que l’ISU soit supprimé au 1er janvier 2017. Pour le remplacer, une nouvelle fonction avait été créée : le directeur national du recouvrement, nommé conjointement par les directeurs du RSI et de l’ACOSS, et agissant sous leur contrôle et dont la coresponsabilité était entière sur la totalité des missions de recouvrement des cotisations et contributions des artisans et commerçants.

 

L’art. 15 de la LFSS pour 2018 va plus loin en décidant de supprimer progressivement le RSI sur une période transitoire de 2 années qui débute dès le 01.01.2018 et qui devrait se terminer au 31.12.2019 en adossant le régime social des artisans-commerçants au régime général.

 

La LFSS 2018 met donc fin à la responsabilité conjointe des caisses du RSI et de celles des URSSAF en matière de recouvrement des cotisations et des contributions sociales qui relèvera désormais exclusivement du régime général et sera confié à l’ACOSS au niveau national et aux URSSAF au niveau régional (CGSS pour les Collectivités d’Outre-mer).

 

La période transitoire de 2 années est confiée à un Comité de Pilotage composé des directeurs des caisses nationales du RSI et du régime général.

Par ailleurs, un Comité de Surveillance constitué auprès des ministères de la Sécurité sociale et du budget sera en charge de valider chacune des étapes de cette réforme.

 

À compter du 01.01.2018, la caisse nationale et les caisses régionales du RSI changent d’appellation et deviennent respectivement la caisse nationale déléguée pour la Sécurité sociale des travailleurs indépendants et les caisses régionales déléguées pour la Sécurité sociale des travailleurs indépendants.

 

Concernant les prestations en assurance maladie–maternité
Les organismes conventionnés qui servent actuellement les prestations d’assurance maladie-maternité par délégation du RSI verront leur mission reprise par les CPAM d’ici 2020, ces prestations seront donc confiées aux CPAM pour l’ensemble des travailleurs indépendants (CGSS pour les Collectivités d’Outremer).

Pour les assurés ayant démarré leur activité avant le 01.01.2019, rien ne change car ces délégations de gestion seront maintenues, voire même renouvelées afin d’assurer le règlement si besoin de ces prestations auprès de ces mêmes assurés jusqu’au 31.12.2019.

En revanche, pour les personnes créant leur activité à compter du 01.01.2019, ces prestations seront gérées directement par les CPAM (CGSS si Outre-mer) à compter de cette même date.

 

Concernant les prestations en assurance vieillesse de base
RAPPEL : Le régime vieillesse de base des artisans-commerçants a été aligné sur le régime vieillesse de base du régime général depuis 1973 ; dit autrement, la prestation est la même, que l’assuré ait été salarié ou artisan-commerçant durant toute sa carrière (seule subsiste une légère différence de 0,70 % sur la cotisation vieillesse déplafonnée à l’avantage du non-salarié par rapport au salarié).

La loi prévoit de transférer les prestations d’assurance vieillesse de base du RSI vers le régime général. La liquidation et le service des pensions des artisans-commerçants seront donc assurés par les Caisses d’assurance Retraite et de la Santé au Travail (CARSAT).

RAPPEL : Dans le cadre de la Liquidation Unique des Retraites dite LURA (instaurée par la dernière réforme des retraites de 2014), le régime général liquide déjà les prestations de retraite d’un assuré relevant du RSI lorsque la dernière activité relevait du régime général ; dorénavant le régime général liquidera la pension d’un assuré même si celui-ci termine sa carrière en tant que non salarié artisan-commerçant ou que sa carrière ait été exclusivement non-salariée en tant qu’artisan ou commerçant.

 

Concernant les prestations en retraite complémentaire et invalidité-décès
Le régime complémentaire d’assurance vieillesse obligatoire et le régime invalidité-décès (tout comme l’action sociale des artisans-commerçants) ne relèveraient pas du régime général mais seraient pilotés par le Conseil de la Protection Sociale des Travailleurs Indépendants (CPSTI) nouvel organe créé par la réforme et destiné à maintenir notamment les spécificités du régime des non-salariés.

Les prestations et la liquidation des régimes complémentaires et invalidité-décès seraient par contre délégués au régime général : le service des pensions de retraite complémentaire seraient donc  déléguées aux CARSAT et le service des prestations invalidité-décès seraient délégués aux CPAM (ou CGSS si Outre-mer).

 

Concernant l’action sanitaire et sociale des travailleurs indépendants
L’action sanitaire et sociale des travailleurs indépendants gérée actuellement par le RSI ne serait pas rattachée au régime général mais serait gérée par le CPSTI.

 

Concernant le Conseil de la Protection Sociale des Travailleurs Indépendants (CPSTI)
Ce nouvel organisme de droit privé est créé par la réforme et disposera d’instances régionales ; il aura pour rôle à compter du 01.01.2019 :
• de veiller à la bonne application des règles relatives à la protection sociale des travailleurs indépendants et à la qualité du service qui leur est rendu par le régime général ;
• de déterminer les orientations générales relatives à l’action sanitaire et sociale spécifique aux travailleurs indépendants ;
• de piloter le régime complémentaire de retraite et le régime d’invalidité-décès des travailleurs indépendants (hors régimes libéraux) ;
• d’animer, coordonner et contrôler l’action des instances régionales de la protection sociale des travailleurs indépendants.

 

POINTS DE VIGILANCE
L’ensemble de cette réforme d’envergure doit être opérationnelle à compter du 01.01.2020.

 

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi