Culture Branches
Témoignage de Michel ASTIER Xavier Renaud

Témoignage de Michel ASTIER

Responsable des affaires sociales à la Fédération Nationale du Bois, lors de l'événement
Culture branches du 27/09/2019

« Le sujet de la participation et de l’épargne salariale a été abordé à plusieurs reprises ces dernières années dans notre fédération, notamment à l’occasion des précédentes réformes. Au niveau de la branche, il était essentiellement lié à la gestion financière et donc réservé aux initiés. La loi Pacte change la donne. D’abord en simplifiant le dispositif, ensuite en y faisant adhérer si possible bien plus que les 3% de personnes qui disposent actuellement d’une retraite supplémentaire. »

 

« Au niveau de la branche, plusieurs questions sont au cœur de la réflexion. Comment s’initier aux nouveaux outils de gestion du PER ? Comment gérer ce qui relève à la fois du collectif et du choix individuel ? Surtout, comment gérer les transferts prévus par la loi ? Il existe pour les grands groupes des outils de gestion très précis. Mais, alors même que la loi stipule une égalité de traitement, qu‘en est-il pour les petites et moyennes, voire les très petites entreprises ? »

 

« La question de l’avantage fiscal va se poser rapidement, tant pour l’entreprise que pour le salarié. Si un seul compte permet de cumuler de l’épargne, de sortir tout ou partie en capital ou encore en rente, il faut bien gérer les versements de l’entreprise et les éventuels abondements, tout en anticipant la façon dont le salarié peut individuellement abonder son compte. Avec une gestion internalisée ou externalisée ? Avec quels produits, quel opérateur et quels frais de gestion ? »

 

« Les partenaires sociaux sont tous d’accord, à priori, pour une gestion commune de l’épargne salariale.  Mais arbitrer des choix sur la gestion de comptes cumulés, avec des produits financiers, dont certains négatifs, à 20, 30 ou 50 ans, est une affaire d’expert. AG2R LA MONDIALE, par exemple, sait assurément comment gérer ces transferts, prendre en compte dans le cahier des charges la partie non négligeable de sorties en capital. Selon les périmètres concernés, la gestion financière n’est pas neutre et il revient à la branche de la sécuriser. »

 

Partager sur les réseaux sociaux