Culture Branches
[05/03/2021] Aidance et branches - Marie-Reine Tillon Xavier Renauld

[05/03/2021] Aidance et branches - Marie-Reine Tillon

Présidente de l’UNA (Union Nationale de l'Aide, des Soins et des Services aux Domiciles)

« Reconnaître et revaloriser les métiers de l’aide à domicile »

« Concernant les métiers de l’aide à domicile, le premier point est la revalorisation de leur image. Il y a souvent confusion entre services à la personne qui comportent différents métiers, et services à domicile médico-sociaux, parmi lesquels nos adhérents. Ces métiers sont de vrais métiers du soin, parfois de soins de longue durée, et ils doivent être reconnus comme tels. Le retard pris dans la reconnaissance de ces métiers provient de l’image archaïque de la domesticité autrefois assumée par les femmes. Or, l’époque de la simple aide-ménagère est révolue. Au XXIe siècle, l’aide à domicile consiste à accompagner des personnes en très grande dépendance jusqu’à la fin de vie, avec de la prévention, des soins et des actes parfois techniques et à accompagner des personnes en situation de handicap. » 

 

« L’autre revalorisation nécessaire est salariale. Comment peut-on oser aujourd’hui recruter des personnes quand, dans la grille des salaires, 13 à 15 catégories sont en dessous du SMIC ? Nous attendons de la part du gouvernement l’agrément de l’avenant à la convention collective permettant une vraie revalorisation salariale. La maltraitance à ce stade touche autant les personnes en perte d’autonomie que les personnels considérés comme des soignants de seconde zone. Nos structures accompagnent aujourd’hui à domicile des personnes qui ont exactement le même profil que celles résidant en EHPAD. Pourquoi alors ne pas donner les moyens d’un accompagnement du même niveau, même s’il y a encore beaucoup à dire sur les moyens attribués aux EHPAD. » 

 

« Comme cela a été dit, les tarifications sont extrêmement variables d’un département à l’autre. Pour faire des économies, les départements fixent des tarifs bas, très en dessous du coût de revient de l’heure. Au bout du compte, certains « restes à charge » pour les personnes accompagnées sont particulièrement élevés. En résumé, reconnaissance de ces métiers, véritable statut pour ces métiers et reconnaissance salariale sont indispensables et urgents. Reconnaissance en matière de formation aussi. L’image du métier de l’aide à domicile est à bousculer totalement. » 

Partager sur les réseaux sociaux