Culture Branches
[05/03/2021] Aidance et branches - Philippe Calmette Xavier Renauld

[05/03/2021] Aidance et branches - Philippe Calmette

Président délégué de NEXEM

« L’organisation institutionnelle nuit à la mise en œuvre des politiques de l’autonomie »

« Le premier enjeu est celui de l’évolution progressive, mais réelle, des métiers de l’accompagnement au cours de ces dernières années. Historiquement tournés vers la protection des plus fragiles, ces métiers mettent aujourd’hui l’accent sur l’accompagnement vers l’émancipation et le maintien en autonomie. La demande des personnes en situation de fragilité est de continuer d’accéder au droit commun et de conserver ce qui fait la citoyenneté de chacun. » 

 

« Le second enjeu est celui de l’égalité et de l’équité de traitement. Trois principes caractérisent une branche : l’universalité des droits, l’égalité de traitement des personnes et le financement des prestations socles par la solidarité nationale. Nous sommes très loin du compte. Tout d’abord parce que l’ouverture des droits dépend des conseils départementaux, chefs de file des politiques de l’autonomie. Si demain une branche doit véritablement être mise en place, il faudra surmonter cet obstacle de l’organisation institutionnelle qui nuit aussi à la mise en œuvre des politiques de l’autonomie. » 

 

« L’attractivité des métiers passe aujourd’hui par la revalorisation des conventions collectives. Cette revalorisation, en l’état actuel de la situation, est rendue extrêmement difficile par l’hybridation des financements de la masse salariale, l’assurance-maladie, les conseils départementaux, l’État. La seule façon de sortir de cette impasse institutionnelle est de confier la gestion de l’autonomie à une branche de protection sociale disposant d’une caisse nationale comme la CNSA. »
 

Partager sur les réseaux sociaux