Culture Branches
[09/04/2021] ANI Santé au travail - Olivier Guivarch Xavier Renauld

[09/04/2021] ANI Santé au travail - Olivier Guivarch

Secrétaire général de la CFDT Services

« La prévention primaire est un des piliers de la réforme. »

La prévention, l’identification des risques, la place donnée au dialogue social pour préserver ou établir une qualité de vie et de bonnes conditions de travail sont des dispositions qui expliquent l’adhésion de la CFDT à l’ANI. De même que l’accompagnement des entreprises en matière de qualité de vie au travail, la mise en place d’un passeport prévention, de services de prévention et de santé au travail interentreprises, le focus sur le document unique et les aspects formation.


Le rôle de régulation de la branche est essentiel. Les entreprises, en particulier les petites et moyennes, vont avoir besoin du dialogue social de branches pour adapter les dispositions légales et déterminer le cadre social dans lequel la loi sera traduite. Elles pourront puiser dans les futurs accords de branches des éléments d’expertise qu’elles ne peuvent pas produire elles-mêmes.


Une avancée qui touche particulièrement des secteurs de ma fédération est le suivi des intérimaires et des salariés sous-traitants au travers de l’articulation entre services de santé au travail interentreprises et services autonomes. La prévention sera forcément plus efficace pour ces salariés plus exposés. L’autre disposition est la visite médicale à mi-carrière prévue à 45 ans, sachant que l’état des lieux d’une branche peut mettre en évidence des arrêts plus fréquents et des inaptitudes dans une fourchette d’âge assez précise. La prévention primaire est un des piliers de la réforme. N’attendons pas de réparer, identifions les risques réels et prévenons-les. 
 

Partager sur les réseaux sociaux