Culture Branches
[15/11/2021] Prévoyance - Jean-René Le Meur xavier Renauld

[15/11/2021] Prévoyance - Jean-René Le Meur

Directeur des affaires sociales, branche de l'enseignement privé non lucratif

« Pour un droit de qualité, accessible et effectif...  éviter d’ajouter des difficultés à la douleur… » 


 
« Notre branche recouvre plus de 5 000 structures juridiques du secteur associatif, financées à 80 et jusqu’à 90 % par des fonds publics et associées pour une grande majorité du service public de l’Education. Parmi les 230 000 actifs, 130 000 ont une activité en tant qu’agent public dans nos établissements et 100000 en tant que salarié et nombre d’entre eux ont une double activité sur les deux statuts. 
Le pilotage sur la base de la plus large mutualisation fait clairement partie de nos enjeux. » 


 
« J’insiste sur notre capacité à rendre les droits accessibles et effectifs. Lorsqu’un nouveau salarié arrive dans notre fédération, nous l’accueillons en lui rappelant nos engagements et notre responsabilité et surtout que notre mission est faire du droit de qualité, accessible - et par conséquent compréhensible - mais aussi effectif. Rien ne sert de multiplier les droits sans garantie réelle et applicable. Et éviter le renoncement aux droits, ce qui nous est insupportable.
Adapter le droit à la société et le rendre effectif fait partie de notre quotidien. Les bouleversements survenus ces deux dernières années créent entre les relations au travail et la vie familiale un rapport diamétralement opposé à ce que nous connaissions. Il y a désormais une porosité acceptée entre vie personnelle et vie professionnelle. »


 
« L’accompagnement des aidants est un autre sujet sensible. 80 % de nos salariés sont des femmes, employées en règle générale à temps partiel et à bas salaire, et qui plus est hyper sollicitées par la famille pour accompagner les enfants ou les anciens. Il y a indéniablement des choses à faire pour les aider au quotidien. Peut-être que notre action, demain, consistera à alléger ces personnes des difficultés rencontrées dans leur vie quotidienne, qu’elles soient d’ordre financier, social ou administratif. Et ne pas ajouter des difficultés à la douleur. Nous avons une réflexion sur le cumul d’emploi et la simplification. Le logement et la mobilité méritent sûrement aussi une réflexion. Il y a beaucoup de chantiers sur la table. »
 

 

Partager sur les réseaux sociaux