Culture Branches

La prévention des maladies chroniques

En France, près de 20 millions personnes sont concernées par une affection de longue durée dite maladie chronique. Leurs conséquences sur la vie personnelle et professionnelle peuvent parfois être lourdes et difficiles à gérer.

La prévention des maladies chroniques

Maladies chroniques, de quoi parle-t-on ? 

L’Organisation mondiale de la santé définit la maladie chronique évolutive comme étant « un problème de santé qui nécessite une prise en charge sur plusieurs années ». C’est une maladie de longue durée, évolutive, souvent associée à une invalidité et qui peut donner lieu à de graves complications. Cette définition recouvre des maladies très diverses, telles que le cancer, le diabète, la sclérose en plaque, le VIH-Sida, certaines maladies mentales, ou des altérations anatomiques et fonctionnelles (maladies cardio-vasculaires, polyarthrites rhumatoïdes…) 
 

En France, les maladies chroniques sont souvent associées aux pathologies reconnues comme ALD qui font l’objet d’une prise en charge particulière par l’Assurance maladie. 10,7 millions de personnes seraient concernées par les ALD or, beaucoup plus de personnes seraient atteintes des maladies chroniques. D’après le rapport « charges et produits » de la Caisse nationale de l'assurance maladie (CNAM), près de 20 millions de personnes auraient eu recours à des soins liés à une pathologie chronique.
 

D’après le rapport « charges et produits » de la Caisse nationale de l'assurance maladie (CNAM), près de 20 millions de personnes auraient recours à des soins liés à une pathologie chronique. 
 

Si en France, les maladies chroniques sont souvent associées aux pathologies reconnues comme ALD (qui font l’objet d’une prise en charge particulière par l’Assurance maladie), certaines d’entre elles ne sont pas encore reconnues comme tel, car seulement 10,7 millions de français seraient concernés par les ALD. 
 

Graphiques Maladies Chroniques


Lecture : entre 16 et 19 ans, 14,7 % des femmes et 11,7 % des hommes déclarent avoir une maladie ou un problème de santé chronique ou durable en 2017. 

Champ : France métropolitaine, personnes âgées de 16 ans ou plus résidant en ménages ordinaires. 

Source : Insee, enquête SRCV 2017, calculs Drees. 

 

Les principales maladies chroniques  

On retrouve parmi les principales maladies chroniques les diabètes (type 1 et 2), les tumeurs et cancers, les affections psychiques, les maladies cardio-vasculaires ou encore les affections respiratoires. D’après l’Assurance maladie, ces pathologies chroniques augmenteraient chaque année et représenteraient une hausse de 33% en 10 ans.  

 

  Nombre de cas par an  Nombre de décès (2016) 
Tumeurs et cancers 
  • 382 000 nouveaux cas 
  • 3,8 millions de personnes diagnostiquées 
  • 1,2 million de personnes atteintes de cancer ont été hospitalisées 
  • 465 643 hospitalisations pour chirurgie du cancer ont été réalisées 
160 000 décès 
Maladies cardio-vasculaires 
  • 1 million de personnes hospitalisées 
  • 130 000 AVC chaque année  
  • 120 000 d’infarctus du myocarde environ par an 

140 000 décès 

30 000 décès liés à un AVC 

Diabète 
  • 3,3 millions de personnes sont traitées pharmacologiquement pour un diabète 
11 500 décès 
Affections psychiatriques  
  • 1,3 millions de personnes concernées 
  • 450 000 hospitalisations 
  • 2,6 millions de personnes sous anti-dépresseurs 
  • 200 000 tentatives de suicide 

40 000 décès liés à la démence 

10 500 décès liés aux suicides 

 

Le maintien dans l’emploi en cas de maladie chronique évolutive 

En France, près de 20 millions de personnes sont atteintes de maladies chroniques évolutives (MCE), soit près de 15% de la population active. Cependant, grâce aux progrès de la médecine notamment, de plus en plus de personnes atteintes de MCE continuent de travailler malgré la maladie. 

 

La chronicité et l’évolutivité de la maladie engendrent des effets qui peuvent être invisibles aux yeux des collègues et de la hiérarchie (en ce sens, 80% des situations de handicap sont invisibles). Alors que les impacts sur la vie au travail peuvent être invisibles, l’organisation du travail et les relations du collectif sont bien réels.  

 

Il est fondamental, pour les actifs atteints de ces maladies, de pourvoir conserver leur activité professionnelle le plus longtemps possible, ou pendant la période transitoire des soins, dans les meilleures conditions 

 

Il est en effet encore trop fréquent que les personnes gèrent elles-mêmes leur prise de traitement, parfois dans des conditions inadaptées ou bien que la personne malade régule et adapte la prise de médicament en fonction de son travail pour éviter certains effets secondaires, privilégiant ainsi son travail au détriment de sa santé. Par ailleurs, la maladie chronique et les traitements liés au protocole de soins peuvent aussi générer des effets secondaires de nature physique : fatigue chronique persistante, troubles moteurs, diverses difficultés physiques, psychologiques et sociales… Pour ces personnes aussi, le travail peut être facteur de santé. 

 

Agir pour le maintien en emploi des personnes atteintes de maladies chroniques évolutives et de cancers 

 

Les interlocuteurs compétents et les démarches spécifiques pour accompagner les entreprises et aider les salariés concernés sont plutôt méconnus. Or, les démarches collectives de maintien en emploi nécessitent de bien appréhender le rôle des acteurs de la sphère privée et de la sphère professionnelle afin de donner de la cohérence dans les actions menées.   

 

Au-delà des acteurs pouvant agir pour le maintien en emploi, les partenaires sociaux peuvent intervenir plus directement dans les changements organisationnels pour améliorer la qualité de vie au travail, des salariés touchés par une maladie chronique évolutive ou un cancer. 

 

Enfin, les représentants du personnel peuvent également contribuer à l’accompagnement et l’information sur les droits des salariés concernés par les MCE. 

 

Tous ces acteurs peuvent agir de 3 façons : 

  • Ecouter : les personnes qui se présentent à eux ont avant tout besoin d’échanger, de parler de leurs situations. Elles le font parfois plus spontanément auprès d’un représentant du personnel, d’un collègue militant plutôt qu’auprès d’un représentant de la direction. 
  • Accompagner, en aidant à l’identification des difficultés rencontrées par les personnes dans l’exercice de leur activité professionnelle, mais également de ce que souhaite la personne : se maintenir en activité ou non, diminuer son temps de travail, pouvoir bénéficier d’un aménagement de poste… Cette identification permettra aux représentants du personnel d’orienter les personnes touchées par une MCE vers les interlocuteurs adaptés.
  • Faire évoluer : Les partenaires sociaux peuvent aussi, au travers des négociations collectives, intervenir plus directement dans les changements organisationnels pour améliorer la qualité de vie au travail et, en particulier, celle des salariés touchés par une MCE ou un cancer.  

 

Exemples d’actions de prévention menées par les branches professionnelles avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE sur les maladies chroniques 

Nous agissons auprès des entreprises et de leurs salariés dans la prévention des maladies chroniques par la mise en œuvre de différentes actions :  

  • Détecter les signes et les risques liés aux maladies chroniques pour mieux accompagner les salariés 
    • « En Quête De Vie » 
    • Campagne de prévention des maladies cardio-vasculaires en charcuterie artisanale 
       
  • Détecter et accompagner le risque d’hypertension artérielle 
    • Retour sur l’action menée par la Commission paritaire nationale de la Boulangerie artisanale en partenariat avec la FRHTA et Medialane 
    • Campagne de prévention Opéra en pâtisserie artisanale 
Partager sur les réseaux sociaux