Culture Branches

La prévention du cancer et de ses récidives

Si 40% des cancers seraient évitables, ils représentent aujourd’hui la 1ère cause de mortalité en France devant les maladies cardio-vasculaires.
Des solutions existent pour lutter contre leurs récidives.

La prévention du cancer et de ses récidives

Les cancers, 1ère cause de mortalité en France

D’après une étude pilotée par l'Institut national du cancer en collaboration avec Santé publique France portant sur les perceptions et connaissances des français sur les cancers : 96 % considèrent le cancer comme la plus grave. 

Avec près de 400 000 nouveaux cas et 150 000 décès par an, les cancers représentent la première cause de mortalité en France chaque année devant les maladies cardio-vasculaires. 
 

Chiffres 2018 de l’Institut National du cancer

  • Incidence 382 000 nouveaux cas  de cancers estimés en 2018 
  • Mortalité 157 000 décès  liés au cancer en 2018 

Les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du sein, du côlon-rectum et du poumon. 
 

Prévenir les cancers et leurs récidives  

Savoir c’est déjà agir pour réduire les risques  

Si les différents progrès de la médecine et de la recherche ont permis des améliorations importantes dans la rémission et le risque de récidive de cancers, on évalue à 40% le nombre de cas qui seraient liés à notre mode de vie et notre environnement et donc évitables.  Agir sur les facteurs de risque connus pour les éviter fait partie des actions majeures de prévention des cancers. 
 

Proportion des cancers liés aux principaux facteurs de risque
 

Pour connaitre les stratégies de prévention à mettre en place pour diminuer les risques d’apparition ou de survenue d’un cancer, l’InCa (Institut Nationale du Cancer) a mis en place un test en ligne « Prévention cancers : le test, 3 minutes pour faire le point » 
 

 Prévention cancers : le test, 3 minutes pour faire le point

 

Détecter tôt pour mieux soigner 

Le dépistage correspond à la réalisation de différents examens de détection ou de suivi pendant une période en bonne santé alors que la détection précoce se traduit par l’identification de signes d’alerte dès leur apparition. 

Pouvoir diagnostiquer un cancer à un stade précoce, grâce au dépistage est essentiel pour définir le meilleur traitement et limiter les risques d’aggravation. Plus le diagnostic est réalisé tôt, plus les chances de guérison sont favorisées. 

Trois programmes de dépistage organisé sont mis en place par les pouvoirs publics : 

Lorsqu’une anomalie est décelée, des examens complémentaires plus approfondis sont nécessaires pour confirmer ou non la suspicion de cancer. 
 

Traiter pour mieux cibler 

Depuis plus de 30 ans, les avancées de la recherche et les différentes expériences ont permis de faire évoluer les traitements des personnes atteintes d’un cancer. 

La chirurgie est un des traitements du cancer (pouvant être seule ou en association avec une radiothérapie ou une chimiothérapie) et connaît une transformation radicale grâce à l’apparition de technologies issues de la recherche très prometteuses comme par exemple Visible Patient. Ce dispositif permet de modéliser en 3D les organes à opérer et ainsi de détecter, avant l’opération, les variations anatomiques pour éviter les erreurs d’interprétation et améliorer les choix thérapeutiques à mettre en œuvre.    

Les interventions non-médicamenteuses (INM) dans l’accompagnement après-cancers et la prévention des récidives  

D’après la plateforme universitaire ICEPS basée à Montpellier, une intervention non médicamenteuse (INM) se définit par une intervention non invasive et non pharmacologique sur la santé humaine fondée sur la science qui vise à prévenir, soigner ou guérir un problème de santé. 

Les INM jouent un rôle important dans la prévention des récidives de cancer et l’amélioration de la qualité vie des patients 

Elles ne sont pas considérées comme des médecines parallèles car chacune d’entre elle a été validée par la science et la recherche clinique. Etants recommandées par des autorités de santé, elles peuvent ainsi être intégrées dans les parcours de soins et de santé, notamment après les traitements du cancer. 

Des études scientifiques montrent aujourd'hui que les interventions non médicamenteuses (#INM) permettent d'agir sur plusieurs aspects de la maladie, pendant et après les traitements en réduisant le risque de récidive d'au moins 36% si elles allient une activité physique intense et adaptée à une alimentation saine. 
 

Exemples d’actions de prévention menées par les branches professionnelles avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE sur la prévention des cancers et de leurs récidives  

 

  • Participer à la sensibilisation et au dépistage en relais des dispositifs de l’Assurance maladie 
  • Favoriser l'accès à un traitement adapté par l'amélioration des prises en charges 
    • Exemple de la technologie Visible Patient intégrée au programme « Branchez-vous santé » 
  • Lutter contre les récidives de cancer par un programme d’accompagnement après-cancer 
    • Exemple du #Parcours INM après cancer du programme « Branchez-vous santé » basé sur les interventions non médicamenteuses (#INM) autour de l'activité physique adaptée, l'alimentation et l'engagement motivationnel.   
  • Des partenariats avec des experts  
    • ICM 
    • Visible Patient 
    • Siel Bleu 
Partager sur les réseaux sociaux