Culture Branches

Témoignage de Manuella PINTO

Directrice des relations sociales à l'UNA (Union Nationale de l'Aide, des Soins et des Services à Domicile)

« Sur le fond, l’UNA ne peut qu’approuver cette réforme du « 100% santé ». Nous militons pour l’accès aux soins, pour une plus grande mutualisation et plus de solidarité dans ce domaine. Les contraintes viennent plutôt des délais d’application de la réforme fixée au 1er janvier 2020. La marge de manœuvre laissée à la négociation et à l’adaptation des contrats est extrêmement serrée. »

 

« Cette question de calendrier est d’autant plus sensible que la Branche de l’aide à domicile est soumise à l’agrément. La contrainte financière s’ajoute à la contrainte de délai et fausse le déroulement des négociations. Le sujet du « 100 % santé » a déjà été abordé par les partenaires sociaux de la branche qui ont prévu de se retrouver avant l’été pour finaliser un accord. Ce délai tient compte des 4 mois ensuite nécessaires à la procédure d’agrément. Nous ne voulons pas faire prendre aux entreprises le risque de payer des redressements. »

 

« L’UNA avait déjà travaillé sur un avenant sur la complémentaire santé en 2017. On nous demande déjà une nouvelle mise à jour pour des contrats responsables. C’est très rapproché. Pour autant, je répète que la réforme a du bon. L’UNA est favorable à toute mesure permettant d’aider les salariés de la Branche à accéder aux soins et de moins impacter leur portefeuille. La recommandation patronale signée par l’USB Domicile et qui vise à baisser la participation des salariés aux cotisations santé va déjà dans ce sens. Tout comme la plateforme permettant l’accès au fonds social de la Branche entrée en service en janvier 2019.  »

 

 

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi