Tous les sites AG2R LA MONDIALE

Témoignage de Pierre JARDON

Secrétaire confédéral CFTC, délégué général CFTC AGRI, en charge de la restructuration des branches

« Le comité paritaire sur la restructuration des branches à laquelle je participe au siège du Medef est l’occasion pour les partenaires sociaux de définir la branche professionnelle, tout en sachant qu’elle l’équivaut pas à la convention collective. La question qui se pose en revanche est de savoir si la représentativité doit être déterminée au niveau de la branche ou de la convention collective. » 


« Les branches étant de plus en plus larges, il n’est pas aberrant d’envisager une couverture conventionnelle plurielle, mais attention à la notion de filière. Comment peut-on, dans une convention collective, prévoir des modalités en termes d’organisation de travail ou de classification qui concernent à la fois des métiers de production, de transformation et de distribution ? »


« Disposer d’un socle conventionnel unique, qui couvrirait des champs aussi larges et divers étant impossible, ce qui est en train de se construire est plutôt un socle conventionnel sur les sujets transversaux complété par des annexes propres à chaque métier. »


« En ce qui concerne les travaux de la sous-commission dédiée auprès du ministère du Travail, parmi les 700 branches que nous avons analysées, 179 considérées comme mortes ont été désactivées. Entre les fusions administrées et celles qui sont menées volontairement par les partenaires sociaux, la perspective d’un nombre de branches approchant l’objectif de 200 d’ici la fin de l’année est  envisageable mais, plus que le chiffre, le premier critère doit être celui de la vitalité des branches professionnelles. »

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi