Culture Branches
[15/11/2021] Prévoyance - Hugues Vidor

[15/11/2021] Prévoyance - Hugues Vidor

21 décembre 2021

Directeur général d’ADEDOM, Président de l’UDES

« Maintenir un régime de prévoyance fort, avec un niveau de cotisation élevé. »

 

« L’économie sociale et solidaire, ce sont 2,3 millions de salariés et 16 branches professionnelles représentées au sein de l’UDES par les employeurs. L’aide à domicile et les métiers du « care » en particulier vivent une période compliquée, avec une moyenne d’âge élevée, de forts besoins de recrutement, des problèmes d’attractivité, de reconnaissance, de rémunération….  Dans ce contexte, il est nécessaire de maintenir un régime de prévoyance fort, avec un niveau de cotisation élevé. Nous sommes à 4,3 %, ce qui est tout à fait probant. » 

 

« Nous sommes très attachés à la mutualisation pour que l’ensemble des salariés soit couvert, quels que soient la nature des contrats de travail, l’état de santé des salariés, leurs consommations en soin ou les conditions d’exercice. Un bon dialogue social nous permet d’adapter les prestations aux besoins. Dans le cadre du fonds social, les négociations portent en particulier sur la prévention des risques routiers et celle des TMS. S’il est important de bien vieillir, il faut aussi pouvoir travailler en bonne santé jusqu’à la fin de sa vie professionnelle. Depuis 2020, de nouvelles prestations sont proposées en matière d’accompagnement des salariés handicapés et hospitalisés, ce qui rejoint les problématiques sur les maladies graves et les aidants familiaux. »

 

« Notre réflexion au sein de l’UDES porte sur la façon dont la prévoyance peut s’adapter aux nouveaux enjeux sociétaux. Comment gérer la question du télétravail, notamment les risques psychosociaux associés ? La question de notre impact sur le climat est un autre point capital. Comment aborder cette question dans nos régimes de prévoyance ? Comment entraîner l’adhésion des entreprises et modifier les comportements des salariés ? Enfin, sur la question du grand âge, l’acception d’un financement socle par la solidarité nationale n’empêche pas d’imaginer des compléments. »

Partager sur les réseaux sociaux