Culture Branches
[15/11/2021] Prévoyance - Jocelyne Cabanal

[15/11/2021] Prévoyance - Jocelyne Cabanal

21 décembre 2021

Secrétaire nationale de la CFDT

« Renforcer la proximité entre l’institution paritaire et les salariés couverts. » 

 

« Aujourd’hui, tous les salariés ne sont pas couverts en invalidité, en décès, en rente conjoint ou enfant. C’est une grande injustice. D’autant que les familles évoluent. La réduction de certains risques comme le vieillissement ou l’usure professionnelle sont des thèmes sur lesquels nous aimerions travailler avec AG2R LA MONDIALE. Alors que les arrêts maladie longue durée augmentent, comment peut-on accompagner le vieillissement au travail, de sorte que les salariés ne se retrouvent pas en rupture ou en désinsertion professionnelle ? Plutôt que de payer des indemnités journalières de façon curative, mieux vaudrait prévoir des dispositifs de prévention qui diminuent l’intensité du travail et permettent des temps de repos. »

 

« A la CFDT, tout un travail a été fait sur la façon de prendre en compte le parcours de vie des salariés et de réduire le non-recours au droit en matière de portabilité. J’attends que cette dimension soit également intégrée au niveau de la prévoyance lourde. Nous souhaitons renforcer la proximité entre l’institution paritaire et les salariés couverts. Renégocier un ANI qui pose la question de la prévoyance lourde peut être un moyen de garantir une couverture pour chacun. La question se pose aussi pour les nouvelles formes d’emploi, les travailleurs indépendants et les travailleurs des plates-formes. »

 

Il est vraiment important que la négociation de branche soit très dynamique sur le sujet de la prévoyance. Le risque de prévoyance est un risque tellement lourd, que sans mutualisation, il y aura toujours d’énormes injustices entre les grosses et les petites entreprises. C’est le message que je passe à tous nos négociateurs : de s’investir à fond pour augmenter le périmètre, faire en sorte que tous les salariés, cadres et non-cadres, soient couverts et se pencher sur de nouveaux risques à intégrer.

Partager sur les réseaux sociaux