Culture Branches
Des labels RSE sectoriels plus encadrés pour valoriser la performance des entreprises

Des labels RSE sectoriels plus encadrés pour valoriser la performance des entreprises

22 mars 2021

Pour un nombre croissant d’entreprises, valoriser sa performance environnementale et sociale est devenu un enjeu important. Les labels RSE se multiplient mais n’ont pas tous la même robustesse. La Plateforme RSE a constitué un groupe de travail « Labels RSE » afin de pouvoir établir un diagnostic sur ces derniers, et plus particulièrement sur les labels sectoriels. Elle formule ainsi 24 recommandations pour les rendre plus clairs et visibles, en engagent notamment les pouvoirs publics à mieux les encadrer.

Aujourd’hui on ne recense que 800 entreprises labellisées sur les 4 millions que compte le territoire national, selon une étude Goodwill management.

Les PME y sont largement représentées mais au global, seules 2% des PME françaises sont labellisées RSE, selon le Comité 21. Cependant, Jean-Paul Chapron, président du cabinet de conseil ASI et délégué régional de la fédération Syntec, souligne que "elles sont beaucoup plus nombreuses à avoir des démarches de RSE. Cela veut dire qu’il y a un manque de visibilité et d’attractivité des labels existants". 

 


Les entreprises et leurs dirigeants se perdent face à la multitude de labels existants : les labels généralistes (PME+ de la FEEF, label Lucie ou B corp), thématiques (achats responsables ou diversité délivrés par l’État), territoriaux (Alsace Excellence, Lyon Equitable et durable…) ou sectoriels (Responsible Care pour la Chimie ou Proprement engagées pour le secteur de la propreté). 


C’est pour cela que les observateurs appellent à simplifier, clarifier et valoriser l’offre existante et notamment par les labels sectoriels.

 


Face à ce constat, la Plateforme RSE souligne la nécessité et l’urgence de s’emparer du sujet. Elle formule ainsi 24 recommandations adressées au gouvernement, aux entreprises, aux fédérations professionnelles et aux chercheurs, structurées autour des trois exigences des référentiels RSE :

 

  • la nécessité de la robustesse de la démarche pour assurer une chaine de confiance (qualité du référentiel et du processus de labellisation)
  • l’enjeu de la reconnaissance et de valorisation des labels RSE sectoriels
  • le besoin d’une crédibilisation dans la durée et d’une généralisation de la démarche de labels RSE.

 


Vous trouverez le rapport complet de la Plateforme RSE ici.
 

Partager sur les réseaux sociaux