Culture Branches
Petit-déjeuner Culture branches du 9 avril 2021

Petit-déjeuner Culture branches du 9 avril 2021

13 avril 2021

Le 9 avril, se déroulait, en distanciel, le 11ème petit-déjeuner Culture branches « Proposition de loi santé au travail : reconnaissance du rôle majeur des branches professionnelles » ! Celui-ci proposait d’analyser l’ANI santé au travail conclu par les partenaires sociaux le 9 décembre dernier. Orientée sur la promotion de la prévention primaire, la proposition de loi qui en découle, actuellement en débat au Sénat, suscite la mobilisation des branches et leur vigilance.

 

Intitulé « Pour une prévention renforcée et une offre renouvelée en matière de santé au travail et conditions de travail », l’Accord National Interprofessionnel (ANI) signé le 9 décembre dernier par les partenaires sociaux consacre une démarche de long terme d’amélioration de la culture de prévention.

 

En introduction, Philippe Dabat, Membre du Comité de direction d'AG2R LA MONDIALE en charge des assurances de personnes et de la supervision de la distribution, est revenu sur les grandes étapes de cette coconstruction paritaire. Depuis 2004 et la rénovation de la branche ATMP, l’engagement des partenaires sociaux sur ces sujets clés a été permanent, offrant une vision dynamique et opérationnelle du paritarisme.

Capture.PNG oveture.PNG

 

Pour une prévention renforcée et une offre renouvelée


Dans une première partie,  Véronique Caron et Xavier Hauret, respectivement Responsable Culture branches & partenariats et Responsable de la prévention à la Direction des accords de branches d'AG2R LA MONDIALE, ont proposé un décryptage de l’ANI organisé en quatre grands chapitres : la promotion de la prévention primaire opérationnelle, la promotion d’une QVT en articulation avec la santé au travail, la promotion d’une offre de services efficiente et de proximité et, enfin, une gouvernance rénovée et un financement maîtrisé. Parmi les leviers en faveur de la prévention primaire, l’accord insiste sur l’identification des risques professionnels via le Document Unique, la formation et la prévention de la désinsertion professionnelle. Dans une classification des missions des acteurs, il accorde une large place aux branches professionnelles, cadre privilégié pour négocier des accords, mais aussi accompagner et déployer une politique active en matière de prévention.

La construction d’une offre de services socle


Lors d’un débat animé par David Giovannuzzi, Membre du comité exécutif, Directeur des accords de branches d'AG2R LA MONDIALE, les partenaires sociaux, représentants d’organisations syndicales et professionnelles*, ont pu exprimer leur position sur la proposition de loi soumise au Sénat, rappeler la « réalité de la situation » et donner des exemples de leur implication dans la santé au travail. L’essentiel de la réforme de la santé au travail figure bien dans l’ANI qui recentre l’attention sur la prévention primaire plus que sur la réparation. Beaucoup reste cependant à faire, notamment dans la construction d’un socle de services adaptés aux spécificités des branches.

_MG_7287def.jpg

De gauche à droite, de haut en bas, Fabienne Munoz, Mireille Dispot, Philippe Dabat, Philippe Jouanny, David Giovannuzzi, Véronique Caron, Ronald Schouller, Xavier Hauret, Olivier Guivarch.

Crédits photo : Xavier Renaud

 

Un accompagnement à base de services


En conclusion, Philippe Dabat est revenu sur les points clés de la matinée et l’accompagnement qu’AG2R LA MONDIALE peut proposer aux négociateurs de branche sur leurs réflexions et actions de prévention. L’avis globalement positif sur l’ANI, qui permet de renforcer les sujets majeurs de prévention, n’empêche pas de rester vigilant pour que « le travail législatif ne vienne pas dénaturer mais consolider ce travail ». Pour les partenaires sociaux, la reconnaissance du rôle majeur des branches est une incitation supplémentaire à s’emparer du sujet considéré comme « un enjeu d’attractivité ». 

 

 

(*)
Les participants au débat (à retrouver prochainement dans la synthèse du petit-déjeuner)
. Ronald Schouller, 1er Vice-président CAT/MP, Secrétaire fédéral FGTA FO.
. Philippe Jouanny, Président de la Fédération des Entreprises de propreté (FEP)
. Mireille Dispot, secrétaire nationale confédérale CFE CGC en charge de l’égalité des chances et de la santé au travail.
. Olivier Guivarch, Secrétaire général de la CFDT Services
. Fabienne Munoz, Vice-Présidente de l’Union Nationale des Entreprises de Coiffure (UNEC),
 
Partager sur les réseaux sociaux