Culture Branches

Que faut-il mettre en place pour une reprise d’activité dans les entreprises de vos branches ?

28 mai 2020

Afin de répondre à cette question et d’aider les entreprises à reprendre leurs activités sereinement dans le cadre du Covid-19, nous avons interrogé deux experts, spécialistes des questions liées à la santé : - Bernard Cottet, Directeur de Didacthem, cabinet dédié à la santé au travail et plus particulièrement à la prévention des risques professionnels - Docteur Pascal Gillet, médecin urgentiste et fondateur de Medialane, une plateforme médicale téléphonique

Que faut-il mettre en place pour une reprise d’activité dans les entreprises de vos branches ?

Les entreprises ont une responsabilité face aux risques émergents liés au Covid-19 ! 

 

Portrait Bernard Cottet-resize225x242.PNG- Elles ont une obligation de moyens renforcés face aux risques émergents, comme face aux autres risques

 

BC : Conformément au code du travail les entreprises doivent préserver la santé physique et mentale de leurs salariés. Face aux risques  du COVID, les chefs d’entreprise doivent se mettre en conformité vis à vis de ces risques en actualisant leur Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP) et en fournissant aux salariés les moyens de se protéger.

 

Les 3 étapes nécessaires à mettre en place par les chefs d’entreprise pour assurer la protection de leurs salariés sont :

  1. L’Evaluation des risques
  2. L’Actualisation du DUERP avec les risques émergeants
  3. La Mise en place de moyens pour lutter contre ces nouveaux risques

 

Actualiser son DUERP permet, en grande partie, à l’employeur de respecter ses obligations légales en termes de santé et de sécurité de ses salariés. De plus, sur le sujet de l’épidémie, les employeurs ont une obligation de moyens renforcés, ce qui signifie que l'employeur devra faire la preuve qu'il a mis en oeuvre tous les moyens nécessaires. On ne peut pas imposer à l’employeur 100% de garanties que ce n’est pas lui qui a transmis la maladie, mais on lui impose, toutefois, d’avoir fait le maximum possible pour permettre de l’éviter.

 

- Il y a 2 risques émergents liés au Covid-19 : Les risques infectieux, liés à la contamination par le virus et les risques psycho-sociaux, liés au télé travail généralisé

 

Il faut communiquer sur le danger de ces risques pour mettre en place les actions de prévention

En ce qui concerne les risques infectieux, il est important de mettre en place des mesures de prévention des risques en donnant les moyens de pouvoir respecter les gestes barrières dans l’entreprise. Pour les coiffeurs par exemple, la branche à imposer la mise à jour du DUERP pour la reprise d’activité et il a donc été recommandés de ne prendre des clients qu’1 siège sur 2, de porter des masques et de faire porter des masques aux clients.

 

Toutefois, il ne faut pas se limiter à la prévention du risque infectieux pour sa reprise d’activité. Il est capital de prendre également conscience du fait que le confinement a posé et pose toujours des problèmes extrêmement importants sur le plan des risques psycho-sociaux ! Nous devons donc aider les décideurs, les managers, les employeurs à prendre conscience du problème et de, par exemple, prendre la peine d’appeler régulièrement les salariés qui sont toujours en télétravail et également prendre le temps d’entretiens individualisés avec ceux qui le reprennent. Il ne faut pas négliger l’importance de prendre de leurs nouvelles et d’entretenir le lien social.

 

C’est pourquoi, avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE nous avons gratuitement mis à disposition des entreprises des branches professionnelles, sur la plateforme G2P, d’un accès dédié pour évaluer leurs risques émergents liés au Covid-19.

 

Si vous souhaitez lire l’intégralité du témoignage de Bernard Cottet, rendez-vous ici 

 

 

Pour prévenir les risques infectieux sur le lieu de travail, il y a autant une responsabilité des employeurs que des salariés !

 

GILLET-resize225x320.jpg

« Les actions de prévention nécessaires à la reprise d’activité doivent comporter une vision matérielle et une vision comportementale » Docteur Pascal Gillet

 

 - Mes recommandations matérielles pour une reprise d’activité

 

 Le port du masque pour les salariés

Mettre à disposition des masques pour les salariés, sauf si l’organisation des bureaux a permis de mettre en place des écrans de protection afin de protéger les voies respiratoires, ou porter un masque quand on va quelque part. Le port de masque n’est pas fait pour nous protéger mais pour protéger les autres de nous, ce qui sous-entends qu’il faut que les autres le porte aussi !

 

 Le lavage des mains ou l’utilisation de gel hydroalcoolique.

 

 La gestion des parties communes dans les open-spaces

 

Dans les bureaux, il faut également s’assurer que les climatisations soient régulièrement entretenues, faire désinfecter les zones sensibles (donc poignées de portes essentiellement 2 à 3 fois par jours) et aérer les locaux 3 fois par jours.

 

Les ventilateurs mécaniques contrôlés (VMC) et les climatiseurs sont déjà soumis à une régulation d’entreprise mise en place depuis les précédentes épidémies de SRAS et imposent des filtres spécifiques. Lorsque qu’ils sont correctement entretenus, il n’y a, a priori, pratiquement aucun risque d’infection par ces systèmes. En revanche, il faut proscrire les ventilateurs individuels d’appoint. En effet ceux-ci créent un flux d’air très local qui peut transporter des gouttelettes sur de grandes distances. En cas d’infection le ventilateur pourrait pousser des gouttelettes contaminées sur 3, 4 ou 5 mètres en direction d’autres personnes.

 

Dans les open-spaces, soit il y a des séparations entre les bureaux, soit il n’y a pas auquel cas il faut au moins 1,50 mètre de distance minimum. L’idéal serait dans ce cas de faire poser des barrières en plexiglass.

Enfin pour reprendre sans crainte une activité dans un open-space, il faut aussi prendre en compte la surface quand on travaille, mais aussi quand on se déplace. L’employeur doit s’assurer qu’à tout moment les employés auront 4m² de sécurité autour d’eux (1 mètre de chaque côté) ! Dans les restaurants par exemple, on en conclue que l’on doit diviser la surface utile par 2.

 

- Les recommandations comportementales pendant la reprise d’activité

 

Cette vision matérielle de la prévention doit être corrélée à une vision comportementale.

L’obligation de moyens pour les employeurs est accompagnée d’une responsabilité des salariés d’utiliser les moyens mis à leurs dispositions.

On parle beaucoup des obligations de l’employeurs de mettre à disposition des salariés des moyens pour assurer leur protection, mais pas assez de la responsabilité des salariés. Les salariés ont la responsabilité d’utiliser les moyens mis à leur disposition pour se protéger.

 

La responsabilité du salarié c’est non seulement de porter correctement les masques qui sont mis à leur disposition (c'est-à-dire sur le nez et la bouche) mais c’est aussi de rester attentif aux signes d’infection et prendre la décision de rester chez soi en cas de doute.

 

 

- Avoir une intelligence collective

 

Si vous êtes tout seul dans la rue ou dans votre voiture ne vous obligez pas à porte run masque, en revanche dès que vous êtes avec des gens, dans les transports en commun, dans une salle de réunion, ou n’importe quel endroit exigu, il faut porter un masque.

Nous n’avons pas cette culture donc cela être pourrait difficile de l’intégrer à nos comportements mais qu’on soit soignant ou pas il faut s’obliger à porter un masque et rester attentifs aux symptômes.

 

Si vous souhaitez lire l’intégralité du témoignage du Docteur Pascal Gillet, rendez-vous ici 

 
Partager sur les réseaux sociaux