Le groupe

Emplois en tension : deux initiatives pour les rendre plus attrayants

18 mai 2022

Les secteurs du bien-vieillir et de l’agroalimentaire peinent à recruter de nouveaux employés. Afin de faire face à cette pénurie et de rendre les métiers plus attractifs, l’action sociale d’AG2R LA MONDIALE a noué deux partenariats avec des associations locales.

Emplois en tension : deux initiatives pour les rendre plus attrayants
DR

En France, il existe de nombreux secteurs qui recherchent beaucoup de salariés, mais qui n’arrivent pas à recruter. Cela peut être pour plusieurs raisons : des profils qui ne correspondent pas à l’offre d’emploi, une mauvaise image du métier, un nombre insuffisant de candidatures, des conditions de travail difficiles ou encore un manque de moyen de la part de l’entreprise. C’est ce qu’on appelle les métiers en tension.

Un problème de recrutement dans le secteur du bien-vieillir

Selon une enquête menée par Pôle emploi(1), les aides à domiciles et les aides ménagères font partie des métiers qui peinent le plus à recruter en 2022, parmi ceux regroupant plus de 5 000 intentions d’embauche. Entre 2020 et 2025, le nombre de personnes en perte d’autonomie devrait augmenter de 6,6 %(2). Malgré une forte demande du côté des recruteurs, les métiers du grand âge et de la prise en charge de la dépendance souffrent d’une image peu attractive, relativement dévalorisante. Les conditions de travail sont également très difficiles, à cause de la pénurie de personnel.

 

Par le biais de son action sociale AG2R Agirc-Arrco, AG2R LA MONDIALE souhaite faire évoluer le secteur de l’aide à domicile. En tant que Groupe de protection sociale œuvrant pour le bien-vieillir, il s’est associé au collectif L’Humain d’abord, regroupant cinq entreprises et associations. Il propose une organisation novatrice dans ce secteur : laisser aux aides à domicile la gestion de leur emploi du temps, le choix de leurs collègues ou encore le pilote du dispositif directement avec les familles.

 

Pour le collectif L'Humain d’abord, ce système de fonctionnement permettrait une meilleure qualité de service aux personnes en perte d’autonomie mais également de meilleures conditions de travail. Il s’est également donné une mission d’information et de valorisation du métier auprès des personnes susceptibles d’intégrer les métiers de l’aide à domicile.

 

 

Pour aller plus loin dans le domaine de l’expérimentation, l’action sociale d’AG2R LA MONDIALE a lancé une large étude évaluative de services d’aide et d’accompagnement à domicile, en partenariat avec le Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). Menée dans les départements de l’Aisne, de l’Eure, du Nord et de l’Orne, elle a pour ambition d’évaluer le fonctionnement en équipes autonomes. Lorsque l’étude prendra fin, au premier trimestre 2024, elle dressera le bilan de ce système de travail pour transformer durablement les métiers de l’aide à domicile.

Favoriser l’emploi des actifs fragiles dans le secteur de l’agroalimentaire

Les métiers du grand âge ne sont pas les seuls à être en tension. L’industrie agroalimentaire n’est pas en reste et manque d’ouvriers non qualifiés de l’emballage et de manutentionnaires(3). Pour lutter contre les difficultés de recrutement et développer l’attractivité du secteur, AG2R LA MONDIALE s’est associé à Vitagora.


Ensemble, ils souhaitent construire un parcours d’accueil et d’intégration à destination des actifs fragiles de Bourgogne-Franche-Comté. Pour cela, ils ont mené conjointement une enquête qui a permis d’identifier les besoins en main d’œuvre des entreprises agroalimentaires de la région. À l’issu de cette étude, deux éclairages ont pu être mis en avant. Les entreprises ne cherchent pas des employés avec des compétences spécifiques. Ainsi, les recruteurs se concentrent principalement sur les savoir-être en situation de travail, ce qui permet à de nombreux actifs éloignés de l’emploi de pouvoir candidater. Des structures d’insertion et d’activité économique de Bourgogne-Franche-Comté vont être associés à ce projet pour créer un parcours d’accompagnement sur mesure pour les entreprises et les actifs. De quoi permettre une arrivée plus sereine dans une entreprise de l’industrie agroalimentaire de la région.

 

 

(1) Questionnaires envoyés à 2,4 millions d’agences Pôle emploi. Plus de 420 000 réponses ont été récoltées.
(2) Chiffre issu du rapport El Khomri datant de 2019.
(3) Enquête Pôle emploi datant de 2021.
Partager sur les réseaux sociaux