Les fonds en euros : avantages et inconvénients

Les fonds en euros sont des supports d’investissement spécifiques aux contrats d’assurance vie et de capitalisation. Ils s’adressent aux épargnants qui recherchent de la sécurité pour leur investissement.

DE QUOI EST COMPOSé UN FONDS EN EUROS ?

La composition exacte d’un fonds en euros varie d’un assureur à l’autre.


Les obligations constituent la majeure partie d’un fonds en euros (environ 80 %).  Elles assurent la régularité des rendements.


Une petite partie du fonds peut-être investie en actions pour espérer améliorer les rendements grâce aux dividendes et la perspective de revendre les titres à un meilleur prix.

 

Une petite partie du fonds peut également être investie en immobilier, notamment de l’immobilier de bureaux ou d’entreprises qui génère des loyers récurrents permettant également d’améliorer les perspectives de rendement.


Enfin, dans une moindre mesure, le fonds comporte des titres monétaires c'est-à-dire des liquidités qui permettent notamment d’assurer les demandes de rachats (retraits) des épargnants mais également d’avoir les ressources nécessaires pour investir sur d’autres classes d’actifs en fonction des opportunités des marchés.

 

POURQUOI LES RENDEMENTS DES FONDS EN EUROS DiminueNT DEPUIS PLUSIEURS ANNéES ?

La source de revenus principale des fonds en euros provient des obligations.


Le rendement des actifs obligataires (qui composent l’essentiel des fonds en euros) diminue depuis plusieurs années et a atteint des niveaux extrêmement faibles.

 

LES FONDS EN EUROS SONT-ILS DES PLACEMENTS SANS RISQUE ?

L’épargne investie sur les fonds en euros est réputée sans risque.

 

Ils génèrent en principe un rendement annuel positif et si le résultat des actifs qui le composent devenait négatif, le risque financier serait porté par l’assureur.

Le rendement pour l’épargnant peut donc, dans le pire des cas, être nul (avant prélèvement des frais de gestion du contrat).

Le seul risque pour l’épargnant est le risque de défaillance de l’assureur. Dans ce cas, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) organise une solution de reprise des contrats par d’autres organismes d’assurance. Si elle n’aboutit pas, l’épargnant bénéficie d’une garantie de 70 000 €, tous contrats confondus par compagnie.

 

Partager sur les réseaux sociaux
à lire aussi