A quoi ressemble le <BR>nouveau carnet de <BR>santé ? Istock

A quoi ressemble le
nouveau carnet de
santé ?

1 juin 2018

Depuis avril 2018, les citoyens français ont droit à un
nouveau carnet de santé. Prévention, vaccinations et mises à jour
des données : tout ce qui change dans cette nouvelle mouture.

Le nouveau carnet de santé est délivré à tous les enfants nés en France à partir du 1er avril 2018 ou à toute personne ayant perdu son carnet de santé à compter de cette même date. 
Sur les recommandations du Haut conseil de la Santé publique le nouveau carnet de santé, dont la version précédente datait de 2006, prend en compte les dernières évolutions scientifiques et sociétales. 
Mais le document conserve son rôle de suivi de santé. Toutes les observations médicales (pathologies, vaccinations et allergies) concernant l’individu depuis sa naissance y sont archivées. 


Des messages de prévention pour les parents

«Avant trois ans, évitez de mettre votre enfant dans une pièce où la télévision est allumée, même s’il ne la regarde pas», peut-on lire dans le nouveau carnet de santé, à côté d’autres nouveaux messages de prévention adressés aux parents. Il est aussi recommandé de ne pas confier de tablettes et de smartphones aux enfants en bas âge.
Par ailleurs, la nouvelle version conseille de préférer des biberons garantis sans bisphénol A, une substance classée dans la catégorie des perturbateurs endocriniens, ou encore d’aérer son intérieur pendant dix minutes par jour, y compris en hiver. 
Il est aussi recommandé dans la mesure du possible de placer le lit du bébé dans la chambre de ses parents pour les six premiers mois au minimum afin de réduire les risques de mort subite du nourrisson. 


Les nouveaux vaccins

Le dernier format du carnet de santé intègre les onze vaccins rendus obligatoires pour les bébés nés à partir du 1er janvier 2018. Il s’agit des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, l’Haemophilus influenzae B (responsable de la méningite notamment), l’hépatite B, le pneumocoque, le méningocoque C, la rougeole, les oreillons et la rubéole. Et pour les résidents de Guyane, la fièvre jaune à partir d’un an.
Avant le 1er janvier 2018, seuls les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite étaient obligatoires. Les huit autres étaient simplement recommandés. 


Les courbes de croissance mises à jour 

Enfin, les courbes de référence utilisées pour suivre la croissance de poids et de taille des enfants ont été revues. Elles se fondent sur une collecte plus récente des données de morphologie grâce à la surveillance de 261.000 enfants.
Cette nouvelle édition propose une courbe de croissance différente pour les garçons et les filles à tous les âges. La version de 2006 ne différenciait les courbes par sexe qu’à partir de l’âge de trois ans.

 

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi