Faut-il alimenter son <BR>Perp en 2018 ? Istock

Faut-il alimenter son
Perp en 2018 ?

8 juin 2018

Avec l'entrée en vigueur du prélèvement à la source et l'annulation
de l'impôt sur les revenus de 2018, les avantages fiscaux procurés
par certains plans d'épargne retraite – Perp en tête - ne joueront pas
en 2019. Pour autant, il n'est pas conseillé de ne rien verser sur vos
contrats. Explications.

Spontanément, les titulaires de plan d’épargne retraite populaire (Perp), de contrat Préfon (pour la fonction publique) ou de contrat Corem, sont tentés de ne pas les alimenter en 2018 car les versements qu’ils effectueront ne seront pas déductibles de leurs revenus, non imposés cette année-là.
C’était compter sans la réaction du législateur. Pour éviter que la collecte des Perp soit trop faible en 2018 et que les recettes fiscales ne soient grevées en 2019, les parlementaires ont adopté, dans la loi de finances rectificative en décembre 2017, l’amendement 467 qui instaure un dispositif spécifique.


Une incitation aux versements en 2018

Avec cet amendement, les souscripteurs de plans d’épargne retraite sont incités à continuer à alimenter leurs contrats. Si les versements du souscripteur baissent en 2018 par rapport à 2017 et 2019, la déductibilité des revenus de 2019 ne jouera plus pleinement. Le niveau de versements déductibles sur les revenus de 2019 sera égal à la moyenne des versements entre 2018 et 2019. 
En revanche, si le titulaire d’un Perp maintient son niveau de versement en 2018, il pourra déduire l’intégralité de ses versements de 2019 sur ses revenus de 2019, hors plafond de déduction fiscale globale. Un souscripteur a donc intérêt à continuer à verser une partie de ses revenus sur son Perp en 2018 plutôt que de différer ses versements de 2018 à 2019.
Il reste également une option radicale : ne faire aucun versement ni en 2018 ni en 2019 et attendre 2020 pour de nouveau alimenter son Perp. Mais cela veut dire renoncer pendant une année supplémentaire aux avantages fiscaux offerts par le Perp.


Exception des revenus exceptionnels

Les versements sur un Perp en 2018 auront aussi une autre utilité : en cas de revenus exceptionnels en 2018.
2018 ne sera pas une année fiscale blanche pour les revenus considérés comme exceptionnels par l’administration fiscale (par exemple des plus-values mobilières ou immobilières, ou des sommes perçues au titre de la participation ou de l’intéressement). 
Les contribuables devront régler l’impôt sur cette part de revenus en 2019. Mais ces revenus exceptionnels seront éligibles aux déductions fiscales au titre des versements effectués sur un Perp en 2018.

 

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi