Prélèvement à la source :<br> pourquoi choisir le taux <br>neutre ou le taux<br> individualisé ?

Prélèvement à la source :
pourquoi choisir le taux
neutre ou le taux
individualisé ?

14 septembre 2018

Le fisc laisse aux contribuables jusqu’au 15 septembre 2018 pour choisir
leur taux de prélèvement.

Explications sur l’intérêt d’opter pour le taux neutre ou pour le taux individualisé.

Pour rappel, avec l’entrée en vigueur du prélèvement à la source dès janvier 2019, vous devez choisir la nature du taux de prélèvement qui s’appliquera à vos revenus à partir de cette date.

A la suite de votre déclaration de revenus de 2018, l’administration fiscale vous a communiqué votre taux personnalisé.

Il s’agit du ratio de prélèvement qui s’appliquera par défaut à vos revenus. Il correspond au taux moyen d’imposition du foyer fiscal en 2018.

Il s’appliquera également aux bénéfices industriels et commerciaux, non commerciaux et agricoles, mais aussi aux pensions alimentaires, aux revenus fonciers et aux rentes viagères imposables.

Mais vous pouvez également opter pour deux autres types de taux, qui peuvent mieux convenir à votre situation.

 


Le taux individualisé



Pour les couples soumis à la même imposition – c’est-à-dire mariés ou pacsés – un taux dit individualisé peut être appliqué sur les revenus de chacun.

L’individualisation du taux peut être intéressante lorsque les conjoints ont des niveaux de salaires disparates.

Au lieu d’avoir un même taux pour les deux (le taux moyen du foyer), c’est un taux différent qui s’applique pour chacun, correspondant à son niveau de revenus individuels.

Cela permet à celui qui gagne le salaire le moins élevé d’être relativement moins impacté par l’impôt.

Ainsi, le taux global des impôts prélevé sur les revenus du foyer fiscal reste le même, seule sa répartition change.

 



Le taux neutre

 


Une solution existe aussi pour les contribuables qui ne souhaitent pas que leur employeur connaisse leur taux de prélèvement, indice du niveau global des revenus qu’ils perçoivent.

Ceux-là peuvent opter pour la mise en place d’un taux neutre calculé uniquement sur la base du salaire versé par l’employeur pour un célibataire sans enfant.
   
Mais si le taux de prélèvement réel (correspondant au taux de prélèvement personnalisé) est supérieur au taux neutre, les contribuables qui ont choisi cette option devront régler le solde à l’administration fiscale avant la fin du mois suivant leur prélèvement mensuel « neutre ».

Si vous optez pour le taux individualisé ou le taux neutre et ne souhaitez donc pas conserver le taux personnalisé indiqué par l’administration fiscale, vous avez jusqu’au 15 septembre 2018 pour le notifier sur le service « gérer mon prélèvement » de votre espace particulier.

 

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi