Je suis travailleur indépendant et je voudrais ralentir mon rythme de travail d’ici à quelques années : comment préparer la baisse de mes revenus à la retraite ?

Préparer la baisse de mes revenus à la retraite quand on est travailleur indépendant et non salarié (TNS)

L’idéal est de commencer par un bilan chiffré de sa situation actuelle et future. De combien aura-t-on besoin, à la retraite, pour vivre et se faire plaisir ?

 

EFFECTUER DES DIAGNOSTICS

Trois diagnostics sont à effectuer.

Le premier concerne les droits acquis tout au long de son activité professionnelle: ils permettent d’estimer le montant de sa future  rente. Le site de l’Assurance retraite propose un service personnalisé pour faire le point sur ses droits et obtenir une estimation de paiement. Si l’on est en couple, il est intéressant de prendre en compte l’apport du conjoint.

 

Le deuxième diagnostic concerne ses futurs besoins. Il s’établit en identifiant les dépenses qui seront inchangées, les dépenses qui ne seront plus à effectuer et les dépenses nouvelles qui viendront s’ajouter.

Enfin, si l’on a créé son entreprise ou acquis une résidence secondaire, un diagnostic de son patrimoine professionnel et immobilier est à établir. Certains pourront faire le choix de vendre leur fond de commerce ou l’appartement qu’ils louaient de manière à se constituer un capital au moment de cesser leur activité.

 

Une fois ce bilan effectué, différentes solutions s’offrent au travailleur non-salarié et futur retraité qui souhaite ralentir son rythme de travail.

 

SE CONSTITUER UNE ÉPARGNE

Autre solution : épargner en souscrivant un contrat d’épargne retraite le plus tôt possible, car plus on attend, plus l’effort d’épargne devra être augmenté. Plusieurs contrats d’épargne retraite pourront à ce titre être intéressants pour le travailleur non-salarié.

 

Tout d’abord, il y a le dispositif de la loi Madelin qui permet d’être exonéré d’impôts sur les sommes placées sur ce type de contrat. Par ailleurs, si le travailleur touche des revenus importants, il peut également être exonéré de l’ISF, ce qui, pour certains, représente un avantage fiscal supplémentaire.

 

Autre idée : L’assurance-vie est également intéressante pour placer, par exemple, le capital obtenu par la vente d’un bien. Non seulement l’argent est disponible à tout moment mais il est possible de désigner le bénéficiaire de ce capital si l’on venait à décéder.

 

Certains opteront quant à eux pour le Plan d’épargne en actions. Avec le PEA, on acquiert un portefeuille d'actions d'entreprises européennes tout en bénéficiant, sous conditions, d'une exonération d'impôt. De quoi augmenter son patrimoine et l’utiliser, à la retraite, pour accroître ses revenus.

 

Enfin, d’autres dispositifs financiers existent : il s’agit de choisir celui qui correspond au mieux aux besoins.

 

Ces informations vous ont-elles été utiles ? Oui Non
Partager sur les réseaux sociaux :

TOUTES NOS RÉPONSES À VOTRE QUESTION

Les témoignages : comment transformer son patrimoine professionnel en rente supplémentaire de retraite ?

LES AUTRES QUESTIONS QUI PEUVENT VOUS INTéRESSER

Retrouvez-nous sur Facebook Retrouvez-nous sur Facebook

Venez partager vos préoccupations et trouvez les réponses à vos questions !