Le groupe

Être couvert face aux aléas par Philippe Crevel

« La prévoyance fait partie intégrante de la protection sociale chère au cœur des Français. »

Être couvert face aux aléas par Philippe Crevel
© Florence Brochoire

La crise sanitaire a accentué et accéléré les mutations sociétales à l’oeuvre depuis une vingtaine d’années.

 

L’une d’elles est la place prise par le digital qui, en favorisant l’essor du télétravail, a modifié notre façon de travailler au quotidien et notre rapport aux autres. Par ailleurs, la forte augmentation du taux d’activité des femmes et de la monoparentalité a bouleversé le modèle familial traditionnel et impacté l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle. Enfin, le vieillissement de la population, dû à l’augmentation de l’espérance de vie, a entraîné l’allongement des carrières et multiplié le nombre de salariés aidants.

 

La couverture prévoyance doit s’adapter à toutes ces mutations, comme elle l’a toujours fait depuis son apparition au XVIIe siècle.

 

Elle doit aussi prendre en compte les nouveaux risques : sanitaires, psychosociaux, cybernétiques, environnementaux… Enfin, elle doit se bâtir par la négociation entre partenaires sociaux, d’abord au niveau des branches professionnelles pour élaborer un socle commun, puis au sein des entreprises pour en définir précisément les contours. Ce cadre paritaire doit être conservé, car il permet de répondre au plus près des besoins spécifiques de chaque secteur d’activité.

 

Bien sûr, la prévoyance représente un coût supplémentaire pour l’entreprise.


Je pense néanmoins que la plupart des employeurs ont conscience qu’elle est un formidable outil de fidélisation des salariés, d’attraction des talents et de sécurisation des relations professionnelles. C’est important quand on voit aujourd’hui les problèmes de recrutement et de motivation des salariés. La pandémie a révélé combien la continuité d’activité était vitale pour une entreprise et il est clair que la prévoyance contribue d’une certaine façon à assurer son développement et sa pérennité. Elle évolue en permanence et fait partie intégrante, aux côtés du risque maladie et de l’assurance vieillesse, de la protection sociale chère au coeur des Français.

 

Pour aller plus loin, écouter l'interview intégrale au format podcast

 

 

Cofondateur et Directeur du Cercle de l’épargne, Philippe Crevel est économiste, spécialiste des questions d’épargne, de retraite et de prévoyance. Précédemment, il a occupé plusieurs postes de conseiller, notamment auprès du ministre de la Santé, Jean-François Mattei, de 2002 à 2004, ainsi qu’auprès de la Direction générale de l’assureur Generali entre 2004 et 2014. Son dernier ouvrage, « Juste un autre monde » publié en 2014, est un essai sur la retraite et l’épargne retraite.

 

 

Partager sur les réseaux sociaux