Le groupe

Rester en bonne santé par David Gruson

« Notre système de santé reste trop centré sur le curatif, l’approche segmentée du patient et le paiement à l’acte. »

Rester en bonne santé par David Gruson
© Florence Brochoire

Les Français sont très attachés aux valeurs fondatrices de notre système de santé : égal accès aux soins, solidarité, complémentarité entre Sécurité sociale et organismes d’assurance maladie.


Néanmoins, avant même l’irruption de la crise sanitaire, ils avaient déjà conscience d’une dégradation du système de santé. Celui ci, en dépit de ses dysfonctionnements, s’est plutôt montré très résilient face à une pandémie sans précédent, grâce à l’adaptabilité de tous les acteurs de terrain et à l’efficacité des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Même l’Europe a su mettre en oeuvre une politique commune, alors que les questions de santé sont subsidiaires dans les compétences de l’Union.

 

L’essor de la télésanté contribue à l’amélioration de la prise en charge des patients et de la santé au quotidien.


La téléconsultation, la téléexpertise, le télésoin et désormais la télésurveillance sont entrés dans le droit commun. Les algorithmes d’aide à la décision médicale, qui se déploient maintenant dans un cadre de régulation éthique, permettent aux praticiens de première ligne d’accéder à un diagnostic de spécialité. Pour amplifier cette dynamique, de gros efforts restent à mener : soutenir financièrement la diffusion de ces innovations, accélérer la digitalisation de l’hôpital public où le papier est encore trop présent et piloter nos données de santé pour continuer à développer l’intelligence artificielle.

 

En matière de prévention, la France est encore au milieu du gué.


Notre système de santé reste trop centré sur le curatif, l’approche segmentée du patient et le paiement à l’acte. Cependant, des initiatives de prises en charge globales et coordonnées, inspirées du principe de responsabilité populationnelle cher aux Québécois, commencent à essaimer. Cette démarche, qui repose sur la coopération de l’ensemble des acteurs sanitaires et sociaux d’un même territoire, favorise la prévention, évitant ainsi des dépenses de soins plus lourdes. Sur la culture de la prévention comme sur le soutien à l’innovation, les organismes d’assurance maladie complémentaire ont été précurseurs et doivent continuer à jouer
un rôle d’aiguillon.

 

Pour aller plus loin, écouter l'interview intégrale au format podcast

 

 

Directeur du programme santé de Luminess, entreprise française spécialisée dans le numérique, David Gruson a été Conseiller du Premier ministre chargé de la santé, puis Directeur général du Centre hospitalier universitaire (CHU) de La Réunion et Délégué général de la Fédération hospitalière de France (FHF). Membre du Comité de direction de la Chaire santé de Sciences Po Paris, il a cofondé en 2018 l’initiative Ethik-IA qui défend une régulation positive de l’intelligence artificielle en santé.

 

 

Partager sur les réseaux sociaux