Le groupe

44% des médecins traitants refusent de nouveaux patients

26 février 2020

Il existe de grands écarts sur le territoire national. Les villes de 10 000 à 100 000 habitants sont les plus touchées par ces refus.

44% des médecins traitants refusent de nouveaux patients
Getty Images

Près d’un médecin sur deux ne prend pas de nouveau patient 

Sur 2 700 médecins interrogés anonymement par l’association UFC-Que Choisir, 44% ont indiqué qu’ils refusaient de devenir médecin traitant de nouveaux patients. C’est ce que montre une étude publiée en novembre 2019 par l’association. 9% des médecins interrogés ont, eux, déclaré qu’ils souhaitent « d’abord voir le patient avant de se décider ».  

 

Quelles sont les raisons de ces refus ?  

Près de 7 médecins sur 10 justifient ce refus par le fait d’avoir déjà «trop de patients» et 14% d’entre eux déclarent qu’ils partent bientôt à la retraite.  

Pour rappel, 5,4 millions de patients n’avaient pas de médecin traitant en 2019.

 

Les villes moyennes les plus en difficulté 

A rebours des idées reçues, « les difficultés les plus grandes ne se rencontrent pas dans les déserts médicaux les plus importants » fait savoir UFC-Que Choisir. Ainsi, 86% des généralistes de Seine-et-Marne refusent de nouveaux patients. Cette proportion tombe à moins de 20% dans le département de la Meurthe-et-Moselle.  

Le taux de refus varie en fonction de la taille de la ville. Il est de 33% dans les communes de moins de 3 000 habitants et de 34% dans les communes qui comptent plus de 100 000 habitants. Il est en revanche bien plus important (52%) dans les villes de 10 000 à 100 000 habitants.  

Selon UFC-Que Choisir, ce résultat s’explique car les médecins en zone rurale savent que les patients n’ont pas d’alternative. Ils sont davantage enclins à les prendre en charge. En revanche, dans les villes moyennes, la présence d’autres médecins, bien qu’insuffisante, « semble déculpabiliser les praticiens, qui refusent plus largement de nouveaux patients ».  

 

À lire également : 5,4 millions de personnes n’avaient pas de médecin traitant en 2019

 

Partager sur les réseaux sociaux