Le groupe

Activité partielle : le dispositif de droit commun sera modifié à partir du 1er octobre

7 juillet 2020

Très sollicitée pendant la crise du Covid-19, l’activité partielle de droit commun est modifiée au 1er octobre. La part prise en charge par l’État diminue.

Activité partielle : le dispositif de droit commun sera modifié à partir du 1er octobre
Getty Images

Une nouvelle place pour l’activité partielle

Le régime d’activité partielle de droit commun a été adapté durant la pandémie du Covid-19, pour faire face à la baisse d’activité. Depuis le mois de juin, il subit des modifications pour accompagner la reprise. De nouvelles modalités entreront en vigueur au 1er octobre.

 

Quel niveau de salaire pour l’employé ? 

Jusqu’au 1er octobre, l’employé en activité partielle perçoit 70% de son salaire brut (soit 84% de son salaire net). Les salariés au Smic touchent, eux, 100% de leur rémunération. 
À partir du 1er octobre, l’employé en activité partielle percevra 60% de son salaire brut, soit 72% de son salaire net. Les salariés au Smic continueront de toucher 100% de leur rémunération.
Le plafond de 4,5 Smic, au-delà duquel l’activité partielle n’est plus indemnisée par l’État, perdure. L’entreprise choisit d’indemniser davantage ses salariés ou non.

 

Quelle aide pour l’entreprise ?

Jusqu’au 1er octobre, les entreprises sont remboursées à hauteur de 85% de l’indemnité versée à l’employé. L’entreprise prend en charge la différence pour que le salarié perçoive 70% de son salaire brut, elle assume donc un reste à charge de 15% du salaire

En octobre, la prise en charge de l’État baisse. L’entreprise se voit rembourser 60% de l’indemnité versée à son salarié : en conséquence son reste à charge augmente.
La formation, elle, est prise en charge à 70% par l’État (contre 100% jusqu’au 1er octobre).

 

Un dispositif moins renouvelable

Comme actuellement, c’est l’employeur qui décide d’avoir recours à l’activité partielle et l’administration qui l’y autorise. Toutefois, à partir du 1er octobre, le recours au dispositif est accordé pour une durée de trois mois (contre 6 mois actuellement), renouvelable une fois. 
En outre, si l’entreprise recourt à l’activité partielle de droit commun, elle s’engage à maintenir le niveau de l’emploi pendant ce temps, dans son entreprise. 
À partir du mois de juillet, ce dispositif coexistera avec celui de l’activité partielle de longue durée (APLD), qui a pour objectif de soutenir durablement les secteurs les plus touchés par la crise économique. 

 

Tout savoir sur l'activité partielle

Partager sur les réseaux sociaux