Le groupe

Ce qui change pour les bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap

3 janvier 2020

Le 3 décembre a eu lieu le troisième Comité interministériel du handicap. Parmi les nouvelles mesures prises par le gouvernement pour « faciliter le quotidien des personnes handicapées », plusieurs concernent la prestation de compensation du handicap.

Ce qui change pour les bénéficiaires de la prestation de compensation du handicap
Getty Images

Qu’est-ce que la prestation de compensation du handicap ? 

La prestation de compensation du handicap (PCH) est une aide financière attribuée par le Département et destinée à financer la perte d’autonomie. Avec la PCH, la personne dépendante peut par exemple financer de l’aide humaine ou technique, l’aménagement de son logement ou de son transport.  

280 000 personnes reçoivent cette aide créée par la loi de 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. 

 

Continuer à bénéficier de la PCH sera plus simple 

Tout d’abord, dès le second semestre de l’année 2020, les personnes qui bénéficient de la PCH et dont « le handicap n’est pas susceptible d’évoluer favorablement » en seront désormais bénéficiaires à vie. Elles n’auront donc plus à renouveler leur demande de prestation.  

Ensuite, il sera désormais possible pour les personnes percevant la prestation de compensation du handicap avant 60 ans de continuer à en bénéficier après 75 ans. « Ce n’est pas le cas aujourd’hui », fait savoir le Gouvernement. Cette mesure bénéficiera à environ 8000 personnes à partir du premier semestre 2020. 

 

Deux changements de type financier 

Enfin, d’autres changements sont de nature financière : à partir d’avril 2020, il sera possible de cumuler le revenu de solidarité active (RSA) et la PCH. De plus, si la personne dépendante souhaite dédommager son aidant avec cette aide, ce revenu sera défiscalisé et exonéré de contributions sociales à partir du 1er janvier 2020.  

En 2020, le Gouvernement pourrait modifier cette aide pour qu’elle corresponde mieux aux besoins des familles dont les enfants en sont bénéficiaires et, du côté des adultes, pour qu’elle prenne mieux en compte les troubles psychiques ou du neuro-développement.

 

Découvrir l'ensemble des propositions du Comité Interministériel du Handicap du 3 décembre 2019

Partager sur les réseaux sociaux