Le groupe

Dépendance : 108 000 seniors pourraient entrer en Ehpad d’ici à 2030

6 janvier 2021

En fonction des évolutions démographiques et des pratiques de placement en Ehpad, le ministère de la Solidarité et de la Santé établit des projections des places nécessaires dans ces structures et dans les résidences autonomie.

Dépendance : 108 000 seniors pourraient entrer en Ehpad d’ici à 2030
Getty Images

21 millions de seniors en 2030

En 2030, la France devrait compter 3 millions de seniors de plus qu’aujourd’hui, soit 21 millions de personnes, selon les dernières prévisions du service statistique du ministère de la Solidarité et de la Santé (Drees) et de l’Insee. 

En 2050, notre pays comptera 25 millions de personnes âgées de plus de 60 ans, dont 4 millions devraient être en perte d’autonomie. 

 

Plus de 100 000 places supplémentaires nécessaires en Ehpad

En se fondant sur ces prévisions d’augmentation du nombre de personnes âgées de plus de 60 ans et de personnes en situation de dépendance, la Drees établit plusieurs scénarios. 

Ceux-ci varient en fonction de l’allongement de l’espérance de vie en bonne santé et de la systématisation du placement en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ces structures comptent aujourd’hui 611 000 résidents en France. 

Selon le scénario intermédiaire, qui implique de « conserver les pratiques actuelles d’entrée en institution des personnes âgées en perte d’autonomie », 108 000 personnes feront leur entrée en Ehpad entre 2019 et 2030, « puis encore 211 000 entre 2030 et 2050 ». 

Un scénario plus pessimiste prévoit que 141 000 personnes entreront en Ehpad d’ici à 2030, puis encore 282 000 entre 2030 et 2050. 

 

Doubler le rythme d’ouverture des places en Ehpad

Rien que pour répondre aux besoins du scénario intermédiaire, il serait nécessaire de « doubler dans la durée le rythme d’ouverture de places observé depuis 2012 » afin de pouvoir accueillir ces nouveaux résidents. 

Pour rappel, le plan de relance lié à la crise du Covid-19 prévoit de répondre à ce besoin de places croissant en Ehpad. Présenté en septembre 2020, il fixe un objectif de construction de 35 000 places d’ici à 2025. 

 

Quelles projections pour les habitats intermédiaires ? 

La Drees note que les « politiques actuelles » plébiscitent davantage le « maintien à domicile » plutôt qu’une augmentation des placements en Ehpad. Ce contexte « pourrait entraîner le report des seniors vers des formes d’habitat intermédiaires » telles que les résidences autonomie, observe-t-elle. 

Logements destinés aux personnes de plus de 60 ans, peu dépendantes, mais ne souhaitant pas vivre seules, les résidences autonomie comportent des  appartements privatifs,  disposent d’espaces communs et  proposent des prestations d’aide à la personne au quotidien (restauration, ménage, soins, etc.). 

Aujourd’hui, « un peu plus de 100 000 » personnes sont hébergées dans 2 291 résidences autonomie. La Drees estime que leur nombre devrait être « multiplié par 1,5 à 2,5 en 2030 par rapport à aujourd’hui » pour répondre à ces nouveaux besoins. 

 

Quelles projections pour le maintien à domicile ? 

En 2019, plus de 16 millions de seniors vivaient à leur domicile. En 2030, sur les 21 millions de personnes âgées de plus de 60 ans, 19 millions seraient maintenues à domicile car peu ou pas dépendantes. En 2050, 23 millions seraient dans ce cas, sur 25 millions de personnes de plus de 60 ans. 

Partager sur les réseaux sociaux