Le groupe

Dépendance : qu’est-ce que l’aide à la vie partagée ?

15 janvier 2021

Cette nouvelle aide est prévue dans la loi de finances de la Sécurité sociale, adoptée le 30 novembre 2020.

Dépendance : qu’est-ce que l’aide à la vie partagée ?
Getty Images

Encourager l’habitat inclusif

L’aide à la vie partagée vise à encourager d’autres solutions que l’entrée en Ehpad lorsqu’une personne devient dépendante. Elle découle du rapport sur l’habitat accompagné, partagé et inséré dans la vie locale (habitat API ou habitat inclusif) rédigé en juin 2020 par quatre inspecteurs généraux, un conseiller d’État et le directeur général du groupe Arcade-Vyv.

Avec cette aide, le gouvernement veut construire une « offre qui permet à six ou sept personnes d’être en colocation, avec un accompagnement et une aide individualisée » en centre-ville, a expliqué la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapées, Sophie Cluzel, lors d’un comité interministériel du handicap en novembre 2020.

 

Comment fonctionne cette aide ? 

L’aide à la vie partagée sera versée uniquement dans les départements volontaires, ayant pour projet de développer d’autres solutions d’hébergement que les Ehpad ou les foyers de vie pour les personnes dépendantes. 

L’aide à la vie partagée sera octroyée « à tout habitant d’un habitat inclusif dont le bailleur ou l’association partenaire a passé une convention avec le département », précise la loi de finances de la Sécurité sociale. 

 

Qui verse cette aide ? 

Les départements volontaires et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) financeront cette nouvelle aide. 

Jusqu’à fin 2022, « la CNSA garantira la couverture de tout ou partie des conventions signées par les départements » à un taux d’au moins 80%, a annoncé Sophie Cluzel. 

 

Quel coût ? 

Au total, le Premier ministre Jean Castex a précisé que 45 millions d’euros seront affectés à cette mesure entre 2021 et 2023. Une partie de cette somme, soit 20 millions d’euros, sera déboursée d’ici à 2022. Ceci afin de financer « environ 500 projets de cinq à dix logements » sur tout le territoire, a ajouté Sophie Cluzel.

 

Partager sur les réseaux sociaux