Le groupe

Entreprises, jeunes, précaires : quelles nouvelles aides pour décembre et janvier ?

30 novembre 2020

Le président de la République a annoncé un déconfinement progressif pour la fin d’année 2020. En parallèle, de nouveaux dispositifs de soutien sont déployés pour les entreprises fermées administrativement et celles dont l’activité est fortement réduite. Des mesures exceptionnelles sont prévues pour les salariés précaires et pour les jeunes.

Entreprises, jeunes, précaires : quelles nouvelles aides pour décembre et janvier ?
Getty Images

Les commerces ou les lieux d’accueil du public qui feront toujours l’objet d’une fermeture administrative au-delà du 28 novembre ont droit à un nouveau dispositif de soutien, a annoncé le président de la République le 24 novembre. Il s’agit d’un « nouveau Fonds de solidarité », a indiqué le Premier ministre, Jean Castex, lors de la conférence de presse du 26 novembre.


Versement de 20% du chiffre d’affaires de 2019

« En plus des dispositifs déjà existants, les restaurants, les bars, les salles de sport, les discothèques, tous les établissements qui resteront fermés administrativement, se verront verser, quelle que soit leur taille, 20% de leur chiffre d’affaires de l’année 2019 », a indiqué Emmanuel Macron.
 
La compensation sera calculée sur la base du « chiffre d'affaires réalisé sur la même période l’année précédente », a précisé Jean Castex. Elle sera plafonnée à 100 000 euros par mois, a ajouté le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire.

Cette aide sera versée dès le mois de décembre et jusqu’au 20 janvier 2021 au moins, selon l’évolution de la situation sanitaire.

 

Choix de l’aide la plus avantageuse

Toutefois, les entrepreneurs pourront choisir l’option la plus avantageuse entre ce Fonds de solidarité renforcé équivalent à 20% de leur chiffre d’affaires 2019 et l’aide du Fonds de solidarité de 10 000 euros par mois à laquelle ils ont droit.

 

Un dispositif étendu aux autres entreprises très affectées

Les entreprises qui ne font pas l’objet d’une fermeture administrative, mais dont l’activité est fortement affectée par les mesures de restriction sanitaire, pourront aussi percevoir cette aide. C’est le cas des hôtels ou des entreprises de l’événementiel et du tourisme.
 
« Ces entreprises pourront également bénéficier de ce nouveau Fonds de solidarité, dès lors que leur chiffre d’affaires s’est réduit d’au moins la moitié, avec un niveau d’aide qui se situera entre 15 et 20 %, selon le niveau de baisse de chiffre d’affaires qu’elles ont subi », a expliqué Jean Castex. 
 

Un revenu de 900 euros par mois pour les salariés précaires

Jean Castex a aussi détaillé la « réponse exceptionnelle » promise par le président de la République à destination des saisonniers, des intermittents et des 400 000 travailleurs en « extra ». 

« Pour tous les salariés, qui l’année dernière travaillaient beaucoup en alternant des contrats courts et des périodes de chômage dans des secteurs aujourd’hui totalement sinistrés par la crise, nous allons leur assurer à partir du 1er novembre une garantie de ressources de 900 euros par mois jusqu’en février 2021 », a ainsi indiqué le Premier ministre. 

 

Des dispositifs renforcés pour les jeunes

Quatre mois après l’annonce du plan de soutien à l’emploi des jeunes, la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion déclare que le « plan se déploie très bien ».

 

Lire Plan d’aide à l’emploi des jeunes : les mesures annoncées

 

« Sur octobre, 923 000 jeunes ont été embauchés, soit le même nombre que l’année dernière », constate Elisabeth Borne. Cependant « nous renforçons encore notre dispositif », annonce le Premier ministre Jean Castex, car « la crise économique pénalise l’insertion des jeunes sur le marché du travail ».

 

À cette fin, 20 000 jobs étudiants seront créés. Les jeunes ainsi embauchés auront pour mission de « venir en soutien des étudiants décrocheurs, notamment au cours des premières années ». Les universités concluront ces contrats « pour une durée de 4 mois », 10 heures par semaine, pour un coût total de 50 millions d’euros. 

 

Dans le cadre du plan « Un jeune, une solution » présenté en juillet 2020, 100 000 jeunes peuvent bénéficier de la « garantie jeunes », un dispositif d’accompagnement des jeunes précaires vers l’emploi. 200 000 jeunes pourront en bénéficier l’année prochaine. Les jeunes diplômés sans emploi pourront aussi se tourner vers l’Association pour l’emploi des cadres ou Pôle emploi via un dispositif spécifique, assorti d’une aide financière allant jusqu’à 500 euros par mois. 

 

Partager sur les réseaux sociaux