Le groupe

Le renoncement aux soins en très forte progression

27 avril 2020

Le 15 avril, le Comité d’alerte sur le respect de l’Objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) a constaté « des baisses d’activité parfois très fortes, notamment des professionnels de santé en ville, déjà constatées sur les trois premières semaines de confinement ».

Le renoncement aux soins en très forte progression
Ghetty Images

Un ralentissement chiffré à 350 M€ nets par semaine

Devant la Commission des affaires sociales du Sénat, Nicolas Revel, Directeur de la caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) a chiffré ce ralentissement à 350 M€ nets par semaine, malgré 185 M€ supplémentaires de dépenses liées aux arrêts maladie dérogatoires.


Ainsi, pour deux mois de confinement, la Caisse constate 2,8 Md€ de dépenses de soins en ville en moins. Les consultations chez les généralistes enregistrent une chute de 40 %, et de 50 % chez les spécialistes.


66 % de baisse enregistrés par Doctolib

Des chiffres, révélés par Doctolib, le prestataire de services auprès de 125 000 cabinets médicaux, constate une baisse de 40 % d’activité pour les généralistes et de 50 % chez les spécialistes entre janvier et avril.


Le nombre de rendez-vous pris via la plate-forme Doctolib a baissé de 66 %.


Sur la base d’un échantillon des patients utilisant cet outil, 35 % déclarent avoir renoncé à consulter au moins une fois depuis le début de l'épidémie, 38 % se sont abstenus par peur d'être contaminés, 28 % pour ne pas déranger leur médecin et 17 % parce que le cabinet avait fermé.
 

Les malades chroniques ont cessé de consulter

Parmi les préoccupations majeures de l’Assurance Maladie, on retient que les malades chroniques, diabétiques, cancéreux ou insuffisants cardiaques ont cessé de consulter dans les mêmes proportions que les autres patients.


« Nous avons décidé d'envoyer un courriel à ces 11 millions de patients particulièrement fragiles pour les inciter à consulter », indique le Directeur de l'Assurance Maladie, qui veut également lancer une campagne de communication en partenariat avec Santé publique France.

 

 

Partager sur les réseaux sociaux