Le groupe

Plan de relance : les mesures de soutien aux fonds propres des entreprises

9 septembre 2020

Le Premier ministre, Jean Castex, a présenté le plan France Relance jeudi 3 septembre en conseil des ministres. Sur les 100 milliards d’euros mobilisés pour relancer l’économie, trois milliards contribueront au financement des entreprises impactées par la crise sanitaire. Quelles sont les mesures de soutien prévues ?

Plan de relance : les mesures de soutien aux fonds propres des entreprises
Getty Images

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a détaillé, le 3 septembre, devant la presse, les mesures en faveur de la compétitivité des entreprises françaises. La compétitivité est l’un des trois volets du plan de relance, avec l’écologie et la cohésion. 

Pour améliorer la compétitivité du pays, de nouveaux dispositifs présentés par le gouvernement visent à renforcer les fonds propres et les quasi-fonds propres des très petites entreprises (TPE), des petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises de taille intermédiaire (ETI), en complément du prêt garanti par l’État (PGE) 

 

Des taux négociés pour les PGE des TPE

Tout d’abord, les TPE, c’est-à-dire celles qui emploient moins de 10 salariés, pourront bénéficier d’un prolongement de leur PGE lorsqu’elles ne pourront pas le rembourser à temps, a confirmé le ministre de l’Économie pendant la conférence de presse.

Il a indiqué que l’exécutif négociait avec la Fédération bancaire française le taux d’intérêt « le plus attractif » afin que ces TPE en difficulté réussissent à s’acquitter des sommes dues et à ne pas faire faillite. 

 

Une garantie publique pour des placements labellisés

Un label financier sera créé dans le cadre du plan de relance afin de rediriger l’épargne des Français vers les PME (structures de 10 à 249 salariés), et les ETI (structures de 250 à 4999 salariés). Les placements financiers labellisés France Relance bénéficieront d’une garantie partielle de l’État. 

 

10 à 20 milliards de prêts participatifs pour les ETI et les PME

La réorientation de l’épargne vers le tissu des ETI et des PME s’effectuera via l’octroi de prêts participatifs, c’est-à-dire « des prêts de long terme, subordonnés et assimilés à des financements en quasi-fonds propres », par les réseaux bancaires, indique le site du gouvernement

Ces prêts devraient représenter entre 10 à 20 milliards d’euros de quasi-fonds propres pour les entreprises qui ont en besoin pour se développer.  

 

Les moyens de BPI France et des fonds régionaux renforcés 

Par ailleurs, les moyens alloués à BPI France pour soutenir le financement des entreprises seront renforcés.

« Enfin, l’État abondera les fonds d’investissement mis en place par les Régions, qui permettent de renforcer le capital des PME dans les territoires », détaille le dossier de presse du gouvernement.

Partager sur les réseaux sociaux