Le groupe

Plan pour les aidants : quels changements ?

26 novembre 2019

Le gouvernement a présenté sa stratégie  concernant les proches aidants, le 23 octobre 2019. Principal changement : l’indemnisation du congé pris par le proche aidant.

Plan pour les aidants : quels changements ?
Getty Images

Entre 2020 et 2022, 400 millions d’euros vont être affectés à « simplifier la vie » des personnes qui s’occupent de leurs proches dépendants, comme le formule Matignon. Le plan « de mobilisation et de soutien » aux proches aidants, présenté le 23 octobre 2019, comprend plusieurs axes : le soutien, la facilitation des démarches administratives, la conciliation avec la vie professionnelle, les solutions de répit et les jeunes aidants.

 

L’indemnisation du congé

Parmi les nouveaux droits des aidants figure l’indemnisation du congé pris pour s’occuper de la personne dépendante. Cette disposition est inscrite dans le projet de loi de finances de la sécurité sociale pour l’année 2020 et s’appliquera en octobre prochain. Les salariés, les travailleurs indépendants, les fonctionnaires et les chômeurs peuvent en bénéficier sur une durée totale de trois mois durant leur carrière. Les jours de congé peuvent être pris consécutivement, de manière fractionnée ou en complément d’une activité à temps partiel.  

L’indemnisation de ce congé est alignée sur l’allocation journalière de présence parentale (qui existait déjà) : elle s’élève à 43 euros par jour pour les personnes vivant en couple et à 52 euros par jour pour une personne seule.  

En entreprise, l’aidant pourra bénéficier de ce congé dès son arrivée en entreprise, et non plus après un an d’ancienneté. Cette mesure entrera en vigueur en janvier 2020.  

 

La reconnaissance de l’expérience 

L’expérience de proche aidant sera désormais prise en compte dans la qualification, le chômage et la retraite. Concernant la qualification, le gouvernement annonce pour 2021 un « nouveau système de reconnaissance de l’expérience acquise en tant que proche aidant ». Le gouvernement souhaite faciliter les « parcours professionnels des aidants qui ont dû arrêter de travailler pendant longtemps pour accompagner un proche ».  

Pour le chômage, les périodes de congé ne seront plus prises en compte dans le calcul des droits au chômage « pour éviter une baisse des allocations ». Cette mesure entre en vigueur en novembre 2019.  

Enfin, pour la retraite, le congé de proche aidant sera pris en compte de façon « automatique », dès octobre 2020, « sans formalités à accomplir ».  

 

Le développement du répit 

Le gouvernement veut aussi développer les solutions de répit, qui permettent aux aidants de prendre une pause vis-à-vis de la personne dépendante. Aujourd’hui, il existe ainsi des maisons de répit pour aidant et personne dépendante, mais aussi des séjours temporaires en institutions spécialisées pour ces dernières.  

Le Premier ministre a annoncé le 23 octobre que 10 000 places supplémentaires allaient être créées dans ces structures. De plus, une « plateforme de répit » sera créée en 2020. Au total, le gouvernement souhaite consacrer 105 millions d’euros à ces solutions entre 2020 et 2022.  

Ce plan pour les aidants s’inscrit dans une stratégie plus globale de prise en compte de la dépendance : un projet de loi sur l’autonomie doit être annoncé par le gouvernement d’ici à la fin de l’année 2019. 

 

Pour être accompagné face à la dépendance, découvrez le portail "Aidons les nôtres"

 

Retrouvez toutes les mesures du plan du Gouvernement ici

  

 

Partager sur les réseaux sociaux