Nous connaître
Résultats de l'enquête Cercle de<br> l'Epargne / AMPHITEA   sur &quot;Les <br>Français la retraite et l’épargne&quot; ADOBE

Résultats de l'enquête Cercle de
l'Epargne / AMPHITEA sur "Les
Français la retraite et l’épargne"

17 avril 2019

5 chiffres clés sont à retenir de l’enquête 2019 menée par le cercle de
l’Epargne et AMPHITEA

  • 69 % des Français pensent que leur pension est ou sera insuffisante pour vivre correctement 
  • 62 % des Français veulent que les partenaires sociaux gèrent le futur régime universel 
  • 48 % des Français sont favorables à un régime universel avec prise en compte de particularités 
  • 18 % sont pour le maintien du régime actuel de retraite 
  • 45 % des 50/64 ans soutiennent l’introduction d’une assurance dépendance obligatoire 


Par ailleurs, l’enquête 2019 du Cercle de l’Épargne et d’AMPHITÉA souligne les points suivants : 
 

Le regard des Français sur le pouvoir d’achat des pensions actuelles ou à venir est plus positif en 2019 qu’en 2018 même s’il reste nettement négatif. Malgré tout, les sondés n’acceptent pas l’idée de travailler plus pour améliorer leur niveau de vie.
 

Les Français paraissent prêts à accepter une réforme systémique des retraites sous réserve que le futur régime dit universel prenne en compte certaines spécificités (la pénibilité par exemple). Ils sont sans illusion sur les objectifs des pouvoirs publics. Ils sont, en revanche, opposés au report à 65 ans de l’âge légal de départ à la retraite. 
 

Les produits d’épargne retrouvent quelque lustre auprès des Français en 2019. La demande de sécurité, de précaution reste très forte. Elle se matérialise tant dans les objectifs poursuivis en matière d’épargne qu’à travers le choix des produits. 
 

En matière de dépendance, si pour son financement les Français privilégient la solidarité nationale, l’idée d’une assurance obligatoire à souscrire au moment de la cessation d’activité s’impose surtout chez les 50/64 ans. 


 

Retrouvez le communiqué de presse en cliquant ici

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi