Le groupe

Retraite : les inégalités entre les femmes et les hommes persistent

10 mars 2022

Les inégalités de revenus entre hommes et femmes pendant la vie active se traduisent, une fois à la retraite, par des écarts de pensions significatifs. Explications :

Retraite : les inégalités entre les femmes et les hommes persistent

Les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) parlent d’eux-mêmes : fin 2019, les femmes résidant en France avaient une pension de droit direct inférieure de 40 % en moyenne à celle des hommes. Cet écart était de 50 % en 2004. La réduction des écarts est donc lente, mais elle s’explique par l’augmentation du taux d’activité des femmes qui accèdent par ailleurs davantage à des postes qualifiés et par la meilleure prise en compte des arrêts de travail pour maternité. L’assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF) mise en place en 1972 leur a également permis d’acquérir, sous certaines conditions, des droits à pension au titre de l’éducation des enfants. Après prise en compte de la pension de réversion, dont les femmes sont les principales bénéficiaires, l’écart de pension homme/femme passe à 28 % en 2019.


L’origine des inégalités sur la retraite vient notamment de la rémunération pendant la période d’activité. En 2018, le salaire moyen d’une femme en équivalent temps plein était inférieur de 16,8 % à celui d’un homme quand il l’était de 20 % en 2009.

 

Les femmes et le Plan d’épargne Retraite retraite (PER)


Selon une enquête réalisée par l’Ifop/le Centre d’études et de connaissances sur l’opinion publique (Cecop) à la demande du Cercle de l’Épargne et d’Amphitéa, 72 % des femmes déclarent n’avoir jamais entendu parler du Plan d’épargne retraite (PER) quand 63 % des hommes sont dans ce cas. Ce produit, né de la loi du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises (Loi Pacte), est un produit de niche davantage destiné aux CSP+ se situant en haut du panier en termes de rémunération.


Pour autant, 12 % des femmes déclarent avoir déjà souscrit un PER contre 9 % des hommes. Ainsi, une proportion non négligeable de femmes semble déjà convaincue par ce produit dont la commercialisation a débuté le 1er octobre 2019.


Elles sont par ailleurs plus nombreuses à manifester un intérêt pour le PER. 27 % d’entre elles indiquent avoir l’intention d’en souscrire un. Les hommes sont un peu moins nombreux à l’envisager (24 % au total).

 

Accéder à l’étude complète "Égalité homme/femme : en matière de retraite, le compte n’y est toujours pas !"

Partager sur les réseaux sociaux