Santé-Prévoyance
    OK
  • Devis
    OK
  • Agence
  • Contact
  • FAQ
Assurance dépendance : </br>bien évaluer ses futurs besoins

Assurance dépendance :
bien évaluer ses futurs besoins

Anticiper votre dépendance est une démarche délicate mais nécessaire si vous souhaitez, demain,
préserver votre quotidien et celui de vos proches. Un contrat dépendance vous permettra
de faire face financièrement à la perte d’autonomie. Avant de souscrire, il est toutefois essentiel
de bien évaluer vos besoins futurs.

Pourquoi souscrire une assurance dépendance ?

Lorsque l’on perd son autonomie, c’est tout son quotidien qui est chamboulé et les dépenses courantes peuvent ainsi vite s'avérer particulièrement élevées (aménagement du logement, soins, aides à domicile...).

 

Une assurance dépendance vous permet de vous prémunir financièrement face à ce risque, puisqu’elle prévoit le versement d’un capital et/ou d’une rente mensuelle viagère en cas de dépendance. Des garanties complémentaires peuvent également vous être proposées (assistance, capital d’aménagement…).

 

Vous devrez choisir votre niveau de couverture à la souscription du contrat. Pour cela, il est essentiel de se poser les bonnes questions.

 

Quel budget êtes-vous en mesure d’allouer ?

Le versement du capital et/ou de la rente se fait en contrepartie du paiement d'une cotisation (ou prime) mensuelle. Plus le montant de la prestation attendue sera élevé, plus la cotisation le sera. Il vous faudra donc prendre en considération votre niveau de vie mais aussi vos ressources financières tout au long de la durée de garantie pour déterminer la somme qui devra couvrir vos besoins le moment venu.

 

Quel degré de dépendance faut-il couvrir ?

Les organismes assureurs distinguent le plus souvent deux niveaux de perte d’autonomie : l’état de dépendance totale et de dépendance partielle. La couverture de ce dernier risque est généralement proposée en option. Souscrire une formule « Dépendance totale et partielle » vous permet donc de bénéficier d’une protection optimale. Attention cependant : le mode d’évaluation des différents degrés de dépendance varie d’un assureur à l’autre.

 

À quel âge faut-il souscrire ?

L’âge recommandé se situe autour de 55 ans, car le montant des cotisations ou primes mensuelles est encore très abordable. Souscrire plus tôt équivaut à cotiser longtemps et donc prendre le risque de dépenser davantage en termes de primes cumulées. Plus vous adhérerez tard en revanche, plus le montant de vos cotisations sera élevé et vous serez d’autre part soumis à des formalités médicales pour adhérer au contrat. L’âge limite de souscription est généralement fixé à 75 ans.

 

Que se passe-t-il en cas de décès ou en cas de perte d’autonomie durant le délai de carence ?

Dans le cadre d’un contrat dépendance, les versements sont à fonds perdus. En d’autres termes, si la perte d’autonomie ne survient pas et que l’assuré est décédé, les cotisations ne vous sont pas pour autant remboursées.

 

Néanmoins, lorsque la perte d’autonomie survient durant le délai de carence, l’assureur rembourse l’intégralité des cotisations versées à l’assuré.

 

Mes proches auront-ils besoin d’un accompagnement ?

Les aidants familiaux jouent un rôle fondamental dans l’accompagnement à domicile des personnes dépendantes. Une charge lourde, qui exige dévouement et disponibilité. Si vous souhaitez soulager vos proches à l’avenir, sachez que certains contrats proposent des prestations diverses : assistance administrative, soutien psychologique, mise en place d’un relais si l’aidant est hospitalisé ou immobilisé, ou tout simplement pour qu’il s’accorde des temps de répit.

Partager sur les réseaux sociaux
A lire aussi