Agences Agences
important FAQ
chat Contact

PMA : comment la FIV est-elle prise en charge ?

Un enfant sur 301 est conçu grâce à la Procréation médicalement assistée (PMA), qu’il s’agisse d’une insémination artificielle ou d’une fécondation in vitro (FIV). Si la joie de devenir parent n’a pas de prix, ces techniques peuvent s’avérer très coûteuses lorsqu’un couple rencontre des difficultés à procréer. Or, elles ne sont pas toujours remboursées par la Sécurité sociale. Nos explications.

PMA : comment la FIV est-elle prise en charge ?

Dans quels cas la PMA est-elle prise en charge par l’Assurance maladie ?

La PMA, également appelée Aide médicale à la procréation (AMP), s’adresse aux couples qui se retrouvent dans l’impossibilité de concevoir seuls un enfant. Une prise en charge par l’Assurance maladie est possible pour deux motifs :

 

  • un problème de stérilité ou d’infertilité médicalement constatée dans le couple,
  • une maladie grave chez l’un des conjoints, risquant d’être transmise à l’autre conjoint ou à l’enfant.

 

L’Assurance maladie accorde un remboursement de la PMA à 100%, sous accord préalable, pour les femmes en âge de procréer qui remplissent les deux conditions suivantes :

  • elles forment un couple hétérosexuel,
  • et, elles sont âgées de moins de 43 ans.

 

Combien de FIV sont prises en charge par l’Assurance maladie ?

La Sécurité sociale prend en charge jusqu’à six essais d’insémination artificielle, à raison d’une tentative par cycle. Mais l’insémination artificielle n’est pas possible chez toutes les femmes.

 

Également prise en charge par la Sécurité sociale, la FIV est la technique de PMA la plus utilisée pour aider les couples à devenir parents. Il existe plusieurs types de fécondation, notamment la FIV à micro-injection pour les couples qui présentent certaines spécificités (cas de réaction d’auto-immunisation ou anomalie sévère des spermatozoïdes).

 

L’Assurance maladie rembourse quatre tentatives de FIV au maximum, sachant qu’un essai comprend l’ensemble du cycle de la FIV et se finalise par le transfert d’embryons. Le compteur est remis à zéro après chaque grossesse aboutie. Les essais supplémentaires sont à la charge du couple.

 

Quelle prise en charge complémentaire par la mutuelle ?

La prise en charge à 100% de la PMA par l’Assurance maladie est basée sur le tarif conventionnel de la Sécurité sociale. Mais bien souvent, des frais supplémentaires sont à prévoir :

  • gynécologue du secteur 2 ou à honoraires libres,
  • acte d’imagerie,
  • analyses biologiques,
  • clinique privée…

 

Sans assurance santé complémentaire, ces frais sont à la charge du couple et peuvent s’avérer conséquents.
Le coût moyen d’une insémination artificielle est de 950€, et de 2 883€ pour une tentative de FIV, selon l’Assurance maladie.

Selon la formule choisie dans le contrat, certaines mutuelles remboursent :

 

Elles peuvent aussi accepter une prise en charge des FIV non remboursées par l’Assurance maladie (après 43 ans ou au-delà de quatre essais) sous forme forfaitaire.

 

Le montant de remboursement dépend ensuite du niveau de garantie souscrit. Pour une prise en charge optimale, il est conseillé d’opter pour un taux de remboursement à 200% ou 300% du tarif de la Sécurité sociale.

Partager sur les réseaux sociaux