Agences Agences
important FAQ
chat Contact

Peut-on repousser son départ à la retraite ?

À l’âge légal de départ à la retraite, vous avez la possibilité de continuer à travailler pour augmenter le montant de votre pension. Mais jusqu’à quel âge pouvez-vous repousser ce départ ? Et quel sera l’impact sur votre pension de retraite ? Décryptage.

Peut-on repousser son départ à la retraite ?

À quel âge le départ à la retraite est-il possible ?  

Si vous êtes salarié du privé, vous pouvez cesser votre activité à trois dates en fin de carrière. 

 

  • À l’âge légal de départ à la retraite. Il s’agit de l’âge minimum à partir duquel vous pouvez demander la liquidation de vos droits. Il est fixé à 62 ans pour les générations nées à partir de 1956. Toutefois, rien ne vous interdit de prolonger votre emploi au-delà, notamment si vous n’avez pas encore acquis le nombre de trimestres nécessaires pour percevoir une pension à taux plein.  
  • À l’âge du taux plein automatique. La retraite à taux plein est automatiquement acquise à 67 ans pour tous les salariés du privé. Si vous atteignez une pension à taux plein avant cet âge, votre employeur peut vous proposer de prendre votre retraite. Mais, vous êtes libre de refuser si vous souhaitez poursuivre votre activité professionnelle, afin d’augmenter le montant votre pension. 
  • À l’âge de mise à la retraite d’office. Votre employeur peut décider de votre mise à la retraite d’office à partir de vos 70 ans. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez continuer de travailler au-delà. 

 

Quel est l’âge maximum de départ à la retraite ? 

Il n’existe pas d’âge maximum de départ à proprement parler. À partir de 70 ans, si votre employeur ne vous impose pas d’arrêter votre activité professionnelle, vous pouvez repousser votre départ à la retraite sans limite d’âge. À moins que votre état de santé ne vous contraigne à cesser de travailler. 

 

N’hésitez pas à réaliser des simulations sur le site de l’Assurance retraite (www.lassuranceretraite.fr) afin optimiser l’âge de votre départ. 

 

Quel est l’impact du report de la retraite sur le taux de pension ? 

Le taux utilisé pour calculer votre pension dépend de votre date de départ et du nombre de trimestres acquis, autrement dit votre durée d’assurance. Ce taux est compris entre 37,5% et 50%, ce dernier étant le taux maximum pour bénéficier du  taux plein.  

 

Si vous poursuivez votre activité au-delà, vous bénéficiez d’une surcote : pour chaque trimestre complémentaire cotisé, votre pension est majorée de 1,25 %. Par exemple, pour une année supplémentaire de travail, soit quatre trimestres, vous majorez votre retraite à taux de plein de 5% (4 x 1,25%).

 

Vous portez ainsi le taux de votre pension à 55%. Ainsi, en repoussant votre départ à la retraite de cinq années au-delà du taux plein, votre taux de pension peut atteindre 75%. 

 

Quelle pension toucherez-vous en repoussant l’âge de votre départ en retraite ? 

Le montant maximum de la pension de base représente la moitié du plafond de la Sécurité sociale de l’année du départ à la retraite, soit 1 714€ pour un départ en 2021. 

 

En repoussant votre âge de départ au-delà du taux plein, vous pouvez sensiblement améliorer le montant de votre pension de base grâce au mécanisme de la surcote.  

 

Prenons l’exemple d’une pension de retraite de base estimée à 18 000€ par an. En travaillant deux ans de plus (huit trimestres), le montant de votre retraite annuelle sera majoré de : 18 000 x (8 x 1,25 %) = 1 800€ 

 

Bon à savoir : la surcote est appliquée sur toute la durée de versement de la pension. De son côté, le dispositif de cumul emploi retraite permet d’améliorer les revenus uniquement pendant la période supplémentaire travaillé. Il ne permet pas d’acquérir de nouveaux droits de retraite.  

En prolongeant votre activité professionnelle, vous continuez aussi d’augmenter votre niveau de points pour votre retraite complémentaire. L’Agirc-Arrco a d’ailleurs mis en place un système de bonus/malus encourageant les salariés nés à partir de 1957 à repousser leur départ. Ce système prévoit : 

 

  • Un malus de -10% pendant trois ans (jusqu’à 67 ans maximum) si vous demandez la liquidation de vos droits dès que vous avez atteint l’âge de départ à taux plein. 
  • Aucun malus, ni bonus, si vous cotisez quatre trimestres supplémentaires, ou si vous passez à une retraite progressive avec un cumul emploi retraite. 
  • Un bonus de 10% pendant un an si vous repoussez votre départ de deux ans au-delà du taux plein. Ce bonus passe à 20% pour un report de trois ans, puis à 30% pour un report de quatre ans. 
Partager sur les réseaux sociaux