important FAQ
Agences Agences
chat Contact

Hausse de la CSG : qui est concerné ? Quel est l'impact ?

Quel est le taux de la CSG en 2018 ? En 2018, le taux de CSG prélevé sur les revenus a augmenté de 1,7%. Salariés, retraités, travailleurs indépendants… différentes catégories de la population sont concernées par cette hausse. Si certains ont obtenu des compensations, d’autres perdent en pouvoir d’achat. Explications.

Définition de la CSG : 

La contribution sociale généralisée (CSG) est un impôt qui sert à financer la protection sociale. Elle est prélevée sur : 

  • les revenus d'activité, comme les salaires et les primes, 

  • les revenus de remplacement, à savoir les pensions de retraite, les pensions d'invalidité, les indemnités journalières ou encore les allocations chômage. 

 

En 2018, le gouvernement a supprimé les cotisations salariales pour la maladie et le chômage. Mais en contrepartiela taxe sur la CSG a augmenté de 1,7%. 

 

Nouvelle hausse de la CSG sur les salaires : quel impact pour les salariés ? 

Avec l’augmentation de la CSGle taux prélevé sur les salaires bruts est passé de 7,5% à 9,2%. Toutefois, les salariés du privé ont bénéficié de la baisse des charges salariales, qui compense cette hausse. 

 

Au final, les salariés sortent gagnants de cette réforme, car ils percevront un gain sur leurs salaires nets. 

 

Seuls les très hauts salaires ne bénéficient pas de cette hausse. Effectivement, la CSG est calculée sur la totalité du salaire, tandis que le montant des cotisations chômages était plafonné. 

 

Retraite et CSG : que devient la CSG pour les retraités ? 

Contrairement aux salariés, les retraités ne bénéficient pas de la suppression des cotisations chômage et maladie. Suite à l’augmentation de la CSGle taux appliqué sur les pensions de retraite est passé de 6,6% à 8,3%. 

 

Cette hausse de la CSG sur les retraites concernait les retraités dont le revenu mensuel est supérieur à 1200€ par mois (1837€ pour un couple)Avec l’augmentation de la CSG sur la retraiteces derniers ont observé une baisse de leur pouvoir d'achat. Or, ils n’ont obtenu aucune compensation. 

 

Toutefoisle gouvernement a réévalué lpart de CSG sur les retraites en 2019. Le taux de CSG appliqué est désormais défini selon le revenu fiscal de référence. Ainsi, les retraités les plus modestes bénéficient d’une exonération de la CSGUne grande partie des retraités sont soumis à un taux réduit à 6,6%. Quant aux retraités les plus aisés, le taux prélevé sur leur pension est toujours de 8,3%. 

 

Quel impact pour les fonctionnaires et les indépendants ? 

Les fonctionnaires et les travailleurs indépendants n’ont pas bénéficié de la suppression des cotisations salariales. 

 

Pour compenser la hausse de la CSGles fonctionnaires percevront une indemnité compensatrice. Leur rémunération devrait donc rester inchangée. 

 

Quant aux travailleurs indépendantsils bénéficient en contrepartie d’une baisse des cotisations sociales :  

  • diminution de 2,5% du taux de cotisation famille, 

  • diminution progressive de la cotisation maladie (sous certaines conditions). 

 

CSG et placement : zoom sur le prélèvement forfaitaire unique 

En 2018, le gouvernement a instauré le prélèvement forfaitaire unique (PFU), ou « flat tax ». Le PFU vise à réformer et simplifier la fiscalité de l’épargne. 

 

Le taux total de PFU appliqué est de 30%. Il est composé de : 

  • 12,8% de taxation au titre de l’impôt sur le revenu, 

  • 17,2% de taxation au titre des prélèvements sociaux. 

 

Le PFU s’applique aux revenus des placements financiers, issus de contrats d’assurance vie ou d’un PEL (Plan épargne logement) par exemple. 

 

Le PFU n’est pas obligatoire. Pour l’imposition de vos plus-values, vous pouvez opter pour l'impôt sur le revenu. Toutefois, cette solution n’est pas avantageuse si vous êtes fortement imposé. 

 

Bon à savoir : depuis 2019, un prélèvement de solidarité est appliqué sur les revenus du patrimoine et les produits de placement. 

Quel impact sur la fiscalité des revenus de l'épargne ?

La hausse de la CSG impacte aussi l’épargne. Avec 9,9%, la CSG représente une grande part des prélèvements sociaux sur les revenus des produits d’épargne. Ceux-ci s’en trouvent alourdis. Le taux global des prélèvements sociaux passe ainsi de 15,5% à 17,2%. Il s’appliquera aux rémunérations issues des versements effectués depuis le 1er janvier 2018.

 

Sont concernés par cette hausse de la fiscalité, les rendements des livrets d’épargne bancaire, des plans et comptes épargne logement (PEL et CEL), des comptes à vue rémunérés, des comptes à terme et des obligations. 

 

Point positif : les livrets d’épargne défiscalisés - le livret A, le livret jeune, le livret de développement durable et solidaire et le livret d’épargne populaire - échappent à cette hausse. 

 

Partager sur les réseaux sociaux