Retraite

Quelle différence entre retraite de base et retraite complémentaire ?

La retraite de base et la retraite complémentaire constituent les deux dispositifs obligatoires de notre système de retraite.
Quelle différence entre retraite de base et retraite complémentaire ?

Notre système de retraite est un système obligatoire, par répartition et contributif, géré par différents organismes en fonction de votre statut professionnel. Voici quelques explications pour bien comprendre les mécanismes et évaluer votre future pension. 

 

Fonctionnement du système de retraite en France 

Notre système de retraite repose sur le principe de répartition et de solidarité entre les générations. Les cotisations acquittées par l’ensemble des salariés et de leurs employeurs permettent de payer la pension de retraite des anciens salariés.  

Trois dispositifs cumulatifs composent notre système de retraite : 

  • le régime de retraite obligatoire de base, 
  • le régime de retraite complémentaire obligatoire, 
  • le régime supplémentaire. 

 

La retraite de base 

Le régime de retraite obligatoire de base constitue le socle de notre système de retraite et concerne tous les salariés. Que vous exerciez dans le privé, que vous soyez fonctionnaire, artisan ou encore de profession libérale, que vous bénéficiez d’un régime spécial de type EDF ou SNCF… Vos cotisations servent à financer les pensions de retraite de ceux qui ne sont plus en activité. Ce mécanisme vous ouvre également des droits pour votre future pension de vieillesse. 

 

Votre retraite de base relève de la Sécurité sociale. Selon que vous soyez salarié du privé, agriculteur, fonctionnaire, travailleur non salarié…, il existe différents acteurs pour gérer ce régime de base.

 

La retraite complémentaire obligatoire 

Le régime de retraite complémentaire des salariés du secteur privé est mis en œuvre par la fédération Agirc-Arrco qui fédère les caisses de retraite du régime complémentaire. Votre retraite complémentaire vient s’ajouter à votre régime de base et obéit au même principe de répartition.  

Les cotisations de retraite complémentaire sont constituées d’une part salariale, avec un prélèvement sur votre salaire brut, et d’une part patronale.  

Lors de votre départ à la retraite, ces cotisations vous ouvrent droit à une pension versée par l’Agirc-Arrco, en complément de votre pension de retraite de base versée par le régime général de la Sécurité sociale. 

Les cotisations de retraite complémentaire permettent d’acquérir des points qui alimentent votre compte individuel de points retraite. Ces points servent de base au calcul de la pension versée par l’Agirc-Arrco. Le montant de votre retraite complémentaire Agirc-Arrco est obtenu en multipliant le nombre de points acquis par la valeur du point qui est régulièrement revalorisée. 

Depuis le 1er janvier 2019, l’Agirc (retraite complémentaire des cadres) et l’Arrco (retraite complémentaire des non-cadres) ont fusionné en un seul régime : le régime Agirc-Arrco. 

 

Le calcul de votre retraite 

Votre retraite dépendra :  

  • des salaires perçus : le montant de vos pensions de retraite est lié au niveau de vos revenus d’activité, mais le mode de calcul varie selon les régimes. Dans le privé, la retraite de base est calculée à partir de la moyenne des 25 meilleures années de revenu. Dans le public, la pension est calculée sur les salaires des 6 derniers mois. 
  • de votre durée d’assurance : vous devez avoir cotisé pendant une durée minimale et avoir acquis le nombre de trimestres nécessaires faute de quoi votre pension de base sera réduite.  
  • de l’âge de votre départ en retraite : l'âge légal à partir duquel vous avez le droit de prendre votre retraite est fixé à 62 ans. 

 

La réforme du système de retraite 

En juillet 2019, le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a remis son rapport visant à refondre notre système. Les points principaux à retenir sont : 

  • un âge pivot de départ à la retraite à 64 ans même si l’âge légal reste à 62 ans, 
  • le relèvement de la retraite minimum à 85 % du SMIC net, 
  • le calcul de la pension sur l’ensemble de la carrière, 
  • la disparition des 42 régimes existants au profit d’un régime universel : un euro cotisé accorde le même nombre de points pour tous. 
Partager sur les réseaux sociaux