Agences Agences
important FAQ
chat Contact

Comment conserver mon épargne si je prends ma retraite à l'étranger ?

Prendre sa retraite à l’étranger n’est pas sans conséquence pour votre épargne. Quels comptes pourrez-vous conserver et quels comptes devrez-vous clôturer ? Comment serez-vous imposé sur cette épargne ? Autant de questions essentielles auxquelles nous vous apportons des réponses.

Comment conserver mon épargne si je prends ma retraite à l'étranger ?

Retraite à l’étranger : que devient mon épargne ?

Une expatriation impacte votre épargne, car vous devenez résident fiscal à l’étranger. Votre banque et votre assureur vous aideront à faire un point précis sur votre gestion de patrimoine.

 

Sachez que vous pourrez conserver certains placements financiers avec une fiscalité avantageuse, mais que vous devrez aussi clôturer certains comptes et livrets.

 

En tant qu’expatrié, la clôture des comptes est obligatoire pour :

  • le Livret Jeunes,
  • le Livret Épargne Populaire (LEP),
  • le Livret de Développement Durable (LDD).

 

En revanche, vous pourrez conserver :

  • vos contrats d’assurance vie,
  • votre Livret A,
  • votre Plan Épargne Logement (PEL),
  • votre Compte Épargne Logement (CEL),
  • vos comptes sur livret,
  • vos comptes titres,
  • votre Plan Épargne en Actions (PEA) à condition de ne pas vous expatrier vers un État ou Territoire Non Coopératif (ETNC).

 

Quelle fiscalité sur les placements financiers en cas d’expatriation ?

Le statut de non-résident fiscal français permet d’être exonéré des prélèvements sociaux :

  • sur les revenus de capitaux mobiliers,
  • et les plus-values mobilières réalisées en France.

 

Pour votre PEA, vous êtes exonéré d’impôt sur le revenu sur :

  • les plus-values générées par les placements réalisés, dans les mêmes conditions que les résidents français,
  • le gain net réalisé si vous êtes toujours expatrié à la date de clôture, ou en cas de retrait ou rachat partiel. Il sera également exonéré de prélèvements sociaux.

 

Pour votre assurance vie vous êtes exonéré d’impôt sur le revenu sur les intérêts générés.

 

Pour votre livret A les intérêts font l’objet d’une retenue à la source. Le taux appliqué varie selon la convention fiscale conclue entre la France et votre pays d’accueil. Dans le cas de l’Espagne par exemple, la retenue à la source est fixée au taux maximal de 10%.

 

Bon à savoir : pensez à informer l’administration fiscale de votre départ à l’étranger, car vous aurez désormais le statut de non-résident.

 

Retraite à l’étranger : pourquoi se constituer une épargne en amont ?

Selon votre pays de destination ou si vous voulez profiter pleinement de votre retraite, le montant de votre pension risque d’être insuffisant. Pour améliorer vos revenus, pensez à anticiper avec un dispositif comme :

  • un Plan Épargne Retraite (PER),
  • ou une assurance vie.

 

Lors de votre départ à la retraite, vous toucherez un capital ou une rente qui augmentera votre niveau de ressources. Vous pourrez ainsi savourer votre retraite à l’étranger.

 

Comment percevoir ma pension de retraite à l’étranger ?

Pour toucher votre retraite personnelle ou une pension de réversion dans un pays étranger, vous devez faire une demande auprès de votre régime de retraite. Accompagnez votre demande des justificatifs suivants :

  • un certificat de résidence,
  • les coordonnées de votre banque à l’étranger.

 

Pour percevoir votre retraite française, vous devrez également compléter tous les ans un certificat d’existence ou de vie délivré par l’administration du pays d’accueil. Cette procédure vise à vérifier que le retraité est toujours en vie.

 

Bon à savoir : l’Allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ne vous sera plus versée si vous partez vivre votre retraite à l’étranger.

 

Où paierez-vous des impôts ?

Vous continuerez à payer vos impôts en France si :

  • vous résidez plus de 183 jours par an dans l’Hexagone,
  • ou si votre foyer et vos intérêts économiques se situent dans l’Hexagone.

 

Dans le cas contraire, les règles d’imposition varient en fonction des accords fiscaux signés entre la France et le pays de résidence. Si aucune convention n’a été établie, le retraité subira une double imposition.

 

Bon à savoir : en tant que non résident en France, vous devez utiliser les formulaires habituels pour faire votre déclaration de vos revenus.

 

Par exemple, si vous êtes résident fiscal en Espagne, votre pension sera considérée comme un revenu du travail. Elle sera donc imposée au titre de l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPF) suivant le barème des taux d’imposition espagnol.

 

Aussi, si votre domicile fiscal n’est plus situé en France, vous ne paierez plus les prélèvements sociaux (CSG, CRDS et Casa), mais vous devrez vous acquitter d’une cotisation d’Assurance maladie prélevée sur votre pension. Ce taux s'élève à 3,2% sur la pension de retraite de base, et à 5,9% sur la retraite complémentaire. Pour la retraite de base des artisans, commerçants et professions libérales, ce taux est de 7,1%.

Partager sur les réseaux sociaux