Santé-Prévoyance

Assurance invalidité et garantie accident de la vie : quelles différences ?

Lorsqu’un accident grave entraine une invalidité permanente, vous devez faire face à des conséquences physiques, mais aussi matérielles. Deux contrats distincts entrent alors en jeu : la GAV (garantie des accidents de la vie) et l’assurance invalidité.

Assurance invalidité et garantie accident de la vie : quelles différences ?

La GAV, pour prendre en compte les dommages corporels

L’assurance Garantie des Accidents de la Vie (GAV) est un contrat de prévoyance qui prévoit une indemnisation en cas de dommages corporels graves, débouchant sur une invalidité permanente, suite à un accident « de la vie courante ». Elle couvre ainsi les accidents domestiques, les accidents survenus lors de vos loisirs, en cas de catastrophe naturelle…
 
Son principe est simple : selon l’importance de l’IPP (incapacité physique permanente), mesurée selon une grille d’évaluation claire et précise, la GAV, qui se décline en différentes formules, sera activée et le montant de l’indemnisation calculé.
 
Cette indemnité vise à réparer le préjudice, en tenant compte de toutes les conséquences de l’accident : sur la vie personnelle, professionnelle, matérielle, familiale… En cas de décès, un capital est versé aux proches, pour compenser les préjudices moraux et économiques.
 

L’assurance invalidité, pour assurer votre confort matériel

L’assurance invalidité, quant à elle, a pour objectif d’assurer le confort matériel de l’assuré et de ses proches en cas d’arrêt de travail ou d’invalidité. 
 
Si la GAV protège toute la famille (parents et enfants, actifs et retraités…), l’assurance invalidité est réservée aux actifs, qu’ils soient salariés ou TNS. En cas d’invalidité découlant d’une maladie ou d’un accident (hors accident du travail), une rente d’invalidité est versée à l’assuré, et compense la perte de revenus qui découle de son arrêt de travail. Cette invalidité peut être permanente et totale (IPT) ou partielle (IPP), temporaire totale (ITT), ou totale et irréversible (PTIA).
 
La rente (ou « pension ») d’invalidité n’est versée à l’assuré (et uniquement à lui) que si l’invalidité entraîne une diminution d’au moins 2/3 de son salaire ou de sa capacité de travail. Elle compensera cette baisse de revenus, pour préserver le niveau de vie de l’assuré. Mieux encore l’assurance invalidité protège aussi l’avenir de l’assuré, puisque durant la période de versement d’une pension d'invalidité, le bénéficiaire se voit attribuer également des trimestres auprès de l'assurance vieillesse du régime général, ainsi que des points auprès des régimes de retraite complémentaire. Ainsi l’impact de l’accident ou de la maladie ayant causé l’invalidité sur sa future retraite (âge de départ en retraite et montant de la pension de retraite), est minimisé.
 

Deux contrats de prévoyance qui se complètent

L’assurance GAV et l’assurance invalidité sont donc deux contrats différents. Selon votre situation, vous pourrez donc souscrire l’un, l’autre ou les deux pour une protection optimale.
  • la GAV pour protéger chaque membre de la famille des aléas de la vie et leurs conséquences corporelles, 
  • l’assurance invalidité pour protéger un actif de la baisse de revenus liée à une invalidité temporaire ou permanente. Si seuls les actifs peuvent souscrire une assurance invalidité, ce contrat protège tout leur foyer. En effet lorsque les revenus d’un actif sont indispensables à l’équilibre financier du foyer, son incapacité à travailler met en péril la famille et ses projets.  
Ces deux contrats ne prennent toutefois pas en compte les accidents du travail ou accidents professionnels… qui sont couverts par d’autres contrats.
Partager sur les réseaux sociaux