Épargne
    OK
  • Devis
    OK
  • Agence
  • Contact
  • FAQ

Notre analyse économique et financière

Découvrez notre analyse des évolutions économiques et financières actuelles ainsi que le suivi des principaux indicateurs économiques. Afin de bien comprendre les évolutions des marchés financiers, il est important de suivre l’actualité mondiale. Dernière mise à jour le : 30 mars 2020.

L'épidémie et ses implications mondiales

Quelle est la sévérité de l'épidémie ?

L’épidémie semble désormais maîtrisée en Chine et certains pays asiatiques. Mais elle est en forte
progression en Europe et aux Etats-Unis ; sa diffusion totale et la date du pic de l’épidémie sont pour l’instant difficiles à estimer. Cette incertitude a provoqué la mise en oeuvre du principe de précaution à une très grande échelle, en Chine d’abord et désormais dans le reste du monde, engendrant, au moins à court terme des pertes de croissance économique substantielles. On observerait un certain ralentissement de la propagation en Italie, dont le développement épidémique semble en avance de 1 à 3 semaines sur les autres pays occidentaux.

 

AG2R-LA-MONDIALE-nouveaux-cas-quotidiens-de coronavirus-03-30-20-842par594.PNG

 

 

Cette crise sanitaire peut-elle engendrer une récession mondiale ?

En Chine, les indices de confiance PMI pour février y sont tombés plus bas que lors de la crise de 2008, la consommation a reculé de 20%, la production industrielle de 13%. L’activité désormais repart, mais la croissance chinoise peinera à dépasser 4% en 2020. Le reste du monde est entré progressivement dans le confinement, qui affectera surtout le 2e trimestre dans les pays occidentaux.
Les indices de confiance PMI de mars signalaient un ralentissement encore modéré (-4,4 points à
44,8) dans l’industrie, mais brutal dans les services (-24,2 points à 28,4). L’INSEE a évoqué une perte d’activité temporaire de l’ordre de 30%, tous secteurs confondus. S’agissant d’une crise exogène à l’économie et à la sphère financière, il est probable que ses effets ne seront pas durables, même s’il est difficile d’en prévoir le terme. La sphère financière internationale semble en particulier beaucoup mieux capitalisée et plus à même de faire face à un choc conjoncturel qu’en 2008. Il faudra sans doute attendre le 2e semestre pour voir un rebond conjoncturel. Ce qui nous a conduit à revoir en baisse nos prévisions de croissance pour 2020. Le PIB pourrait reculer au Japon et en zone euro et stagner au mieux aux Etats-Unis. La croissance mondiale tomberait à 0,6% seulement, contre un potentiel d’environ 3%.

 

Les taux d’intérêt vont rester très bas et pour l’essentiel négatifs en zone euro

Les effets négatifs seront d’autant moins importants que les mesures budgétaires et monétaires s’annoncent vigoureuses. La Fed a procédé à une baisse de 150pb de ses taux directeurs, à 0% et annoncé des achats obligataires considérables, qui pourraient dépasser 1000 Mds $. En zone euro, la BCE privilégie des mesures quantitatives, comme le renforcement des achats obligataires (+870 Mds €) et le soutien des prêts aux PME. Les taux à long terme resteront très bas dans le monde, pour une période prolongée. Les rendements des actifs en euro des assureurs-vie poursuivront donc vraisemblablement leur baisse en 2020 et les années suivantes.

 

Les actions peuvent-elles encore baisser ?

Les mauvaises nouvelles sont déjà largement anticipées par les valorisations actuelles : les marchés boursiers ont reculé de 25% depuis le début de l’année, les prix pétroliers de 60%. Tant que l’épidémie ne paraîtra pas maitrisée, notamment aux États-Unis, la volatilité des marchés devrait rester élevée. Les perspectives de résultats pour 2020 vont se dégrader. Les marchés seront cependant soutenus par les politiques macroéconomiques et la baisse des taux courts et longs.
Les niveaux actuels de valorisation, avec un taux de dividende supérieur à 4% pour les entreprises de la zone euro, n’ont rien d’excessifs, au contraire. Ils incitent à conserver les portefeuilles actuels, voire à préparer un renforcement progressif, pour les investisseurs se situant dans une perspective de long terme, à même de supporter la volatilité inhérente à ces marchés.

Note​ rédigée par la direction de la recherche économique AG2R LA MONDIALE.

 

 

 

Et pour votre investissement ?

Avec l’aide de votre conseiller, vous avez choisi une stratégie correspondant à vos besoins, vos exigences, votre horizon de placement et votre profil d’épargnant. La situation actuelle des marchés ne remet pas en cause vos choix. Dans ce contexte, il est essentiel de ne pas prendre de décisions précipitées.

Dans le cadre de votre contrat d’assurance vie / de retraite, votre stratégie s’inscrit sur le long terme et doit être évaluée sur cette base. C’est pourquoi nous restons convaincus qu'il est nécessaire de conserver une vision "long terme" pour vos placements et d'éviter toute décision hâtive.
En cas de baisse de vos investissements sur les marchés actions, il est généralement conseillé d’être patient et de ne pas céder à la panique. Désinvestir actuellement reviendrait à transformer les moins-values en pertes et vous empêcherait de profiter de la reprise des marchés en temps voulu.

 

Ce document original est la propriété du groupe AG2R LA MONDIALE. Toute reproduction ou cession sans l’accord de son auteur est interdite. Non contractuel, ce document n'est ni un conseil fourni, ni une consultation et ne peut engager la responsabilité du Groupe en cas d'exploitation. L'ensemble des informations contenues dans ce document peut être amené à changer sans avertissement préalable. Les performances citées ont trait aux années passées et les prévisions ont un caractère purement heuristique. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

Partager sur les réseaux sociaux