Retraite

Est-ce qu’une longue maladie compte dans le calcul de la retraite ?

En cas d’arrêt de travail pour longue maladie, vous bénéficiez de trimestres validés pour votre prochaine retraite, et de points de retraite complémentaire. Pourtant dans certains cas, une longue maladie peut impacter votre future retraite.

Est-ce qu’une longue maladie compte dans le calcul de la retraite ?

La longue maladie et les trimestres validés

Le calcul de votre pension de retraite de base tient compte : 

  •  du nombre de trimestres validés (il en faut 160 à 172, selon votre année, de naissance pour bénéficier d’une retraite à taux plein),
  •  du Salaire Annuel Moyen (SAM), évalué sur la base des 25 meilleures années (celles durant lesquelles vous avez touché les revenus les plus élevés). En cas d’arrêt de travail prolongé, en cas de maladie ou après un accident, vous percevez des indemnités journalières, qui ne sont pas soumises à des cotisations retraite. Pourtant rassurezvous, vous n’allez pas « perdre » tous vos trimestres cotisés. 

En effet, un arrêt maladie longue durée est comptabilisé pour un salarié du privé comme un « trimestre assimilé » : vous bénéficiez d’un trimestre validé pour chaque période de 60 jours donnant droit à des indemnités journalières pour maladie (dans la limite de 4 trimestres par année bien sûr). Ces trimestres assimilés seront bien comptabilisés, en fin de carrière, pour évaluer votre pension de retraite. 

 
Arrêt longue durée et retraite de base

Si le trimestre incluant un arrêt longue durée est validé, les indemnités journalières ne sont en revanche pas prises en compte dans le calcul du SAM pour les salariés relevant du régime général ou les indépendants. Cela signifie que votre salaire annuel retenu, en cas d’arrêt de travail prolongé, sera inférieur.

 

Cela peut impacter le montant de votre future retraite de base, si ces arrêts de travail interviennent durant des années où vos revenus sont élevés et que ces années auraient pu être comptabilisées dans les « 25 meilleures années ». 
 

Arrêt longue durée et retraite complémentaire

Le montant de la retraite complémentaire en revanche ne sera pas systématiquement impacté. Les régimes complémentaires (AGIRC-ARRCO pour les salariés du privé en particulier) peuvent en effet vous accorder des points, alors même que vous n’avez pas cotisé :

  •  si vous dépendiez de cette caisse de retraite complémentaire précédemment,
  •  si vous percevez des indemnités journalières,
  •  en cas d’arrêt de travail de 60 jours consécutifs pour maladie. 

Le nombre de points attribué sera basé sur les points acquis l’année précédant celle de l’année de l’arrêt de travail. Pour cela une moyenne journalière est calculée en divisant le nombre de points acquis par le nombre de jours dans l’année. Cette moyenne de l’année précédente est ensuite multipliée par le nombre de jours d’arrêt. 

 

Le nombre de points sans contrepartie de cotisation est toutefois plafonné : vous ne pouvez acquérir durant l’année de votre arrêt de travail pour longue maladie, plus de points que l’année précédente. Votre arrêt de travail prolongé ne vous fera donc « perdre » des points que si vous avez bénéficié d’une augmentation récemment. 
 

Arrêt longue durée et retraite anticipée

Enfin si vous avez commencé à travailler très jeune, vous pouvez sous certaines conditions bénéficier d’une retraite anticipée, et liquider vos droits à la retraite avant l’âge légal. Mais ce dispositif de « carrière longue » pourrait impacter l’âge de votre départ en retraite.  En effet, les trimestres accordés au titre de la maladie sont retenus, pour estimer le droit à la retraite anticipée pour carrière longue, dans la limite de quatre. Un très long arrêt, ou plusieurs arrêts longue durée durant votre carrière, peuvent alors vous empêcher de bénéficier d’une retraite anticipée. 
 

Partager sur les réseaux sociaux