Santé-Prévoyance
Objets connectés et applications de e-santé : quel fonctionnement et quelle utilité ? DR

Objets connectés et applications de e-santé : quel fonctionnement et quelle utilité ?

Les innovations en matière de santé connectée, applications mobiles fonctionnant de pair, ou non, avec un objet connecté, se multiplient. Elles ouvrent de nouveaux horizons pour la prévention et la télémédecine.

Le fonctionnement des innovations en matière de santé connectée 

Ces innovations fonctionnent avec des capteurs de données qui permettent de recueillir des informations de santé. Les capteurs intégrés, soit au smartphone, soit à un objet connecté comme une montre ou un bracelet connecté, enregistrent différentes informations liées au mouvement ou à la santé de l’utilisateur.  

Si les outils de mesure peuvent être embarqués dans un smartphone et fonctionner à l’aide d’une application mobile, ils peuvent aussi être des objets à part. Certains prennent la forme d’objets de santé familiers comme des balances, des thermomètres, des montres, des tensiomètres ou des patchs.  

Mais ils peuvent aussi être plus inattendus comme des sacs à dos, des vestes, des maillots de bain, des pantalons, des chaussures, des fourchettes ou encore des tétines pour les nourrissons. 

 

Recueil de données physiques, physiologiques… et environnementales 

Selon la nature du dispositif, les données mesurées peuvent être un nombre de pas, un nombre d’heures de sommeil, une tension artérielle, un nombre de battements cardiaques par minute, une température corporelle, un poids ou encore un indice de masse corporelle. 

Certains dispositifs, qui peuvent prendre la forme de vêtements connectés, visent aussi à capter et mesurer des données environnementales comme la pollution de l’air ou l’exposition solaire.  

L’utilisateur a par la suite la possibilité de consulter les données via une plateforme sur smartphone, tablette ou ordinateur. Les informations peuvent être transmises à un autre appareil ou à un autre objet connecté afin d’être consultées par un tiers.  

Au-delà de la collecte des données, les objets connectés de e-santé peuvent les interpréter et émettre des suggestions via des notifications ou des conseils adaptés.  

 

 

Des outils d’information et de prévention 

Le recueil et l’analyse des données peuvent avoir une utilité strictement individuelle. Les applications et les objets connectés permettent, par exemple, à l’utilisateur de faire le constat d’une certaine sédentarité, d’un poids trop élevé ou d’un ratio de graisse trop important dans son organisme…  

Ces outils l’aident à mieux comprendre son état physique, à prendre conscience d’un problème de santé ou d’une réalité physique ou physiologique pouvant entraîner un problème de santé.  

Applications et objets connectés d’e-santé constituent ainsi des outils de mieux-être en améliorant l’hygiène de vie, voire en prévenant certaines maladies.

 

Des outils de diagnostic précoce 

Les données peuvent aussi être utilisées par des médecins et des professionnels de santé. Des dispositifs médicaux connectés servent alors à diagnostiquer de façon précoce certaines affections ou problèmes de santé, tels qu’une arythmie cardiaque grâce à une montre connectée mesurant l’activité électrique du cœur ou de l’hypertension si elle intègre un tensiomètre.  

Des appareils connectés placés sous l’oreiller permettent aussi de diagnostiquer l’apnée du sommeil ou au moins d’orienter vers un tel diagnostic. Des casques ou des bracelets connectés ont même été conçus pour diagnostiquer la dépression ou repérer certains de ses symptômes.  

 

Des outils de suivi médical 

Les applications de e-santé et les objets connectés peuvent être utiles pour le suivi des maladies chroniques. Certains appareils connectés comme les glucomètres ou les tensiomètres permettent de mesurer la glycémie des personnes souffrant de diabète ou la tension de ceux qui font de l’hypertension. De simples applications sur smartphone permettent aussi de surveiller son rythme cardiaque.  

Les données dont dispose le médecin lui permettent de suivre l’état de son patient et d’optimiser son accompagnement. Dans le cadre d’un suivi opéré par un médecin, le patient peut aussi procéder lui-même à la surveillance des données.  

 

Des outils de télémédecine 

Les objets connectés et les applications de e-santé permettent un suivi à distance grâce à la télétransmission de données de santé d’une part et aux technologies de communication à distance d’autre part. En cela, ils représentent des instruments majeurs de télémédecine

L’entreprise française Withings a, par exemple, développé la montre ScanWatch qui permet notamment de mesurer la saturation en oxygène de l’utilisateur. Cet appareil a été fourni à des hôpitaux dans le cadre du télésuivi des malades atteints du Covid-19.  

Outre des bracelets, des montres ou des balances connectées, des solutions globales comme les télécabines embarquant plusieurs capteurs de données ainsi qu’un système de vidéo ont été conçues pour la pratique de la téléconsultation. 

 

Une aide pour les traitements médicamenteux 

Au-delà d’un suivi médical, des applications ou des objets connectés peuvent aider un patient souffrant d’une maladie chronique ou d’une affection de longue durée à prendre ses traitements médicamenteux selon la fréquence et les quantités prescrites. À cette fin, Medissimo a développé le pilulier connecté Imedipac. 

Partager sur les réseaux sociaux