Agences Agences
important FAQ
chat Contact
La GAV (garantie accidents de la vie) : quels types d’accident sont couverts ?

La GAV (garantie accidents de la vie) : quels types d’accident sont couverts ?

Chute, brûlure, agression… les accidents de la vie courante sont multiples et les conséquences peuvent être dramatiques. Si vous souffrez d’une incapacité, votre garantie accidents de la vie vous indemnise du préjudice physique et de ses répercussions.

Rappel : qu’est-ce la GAV ?

Chuter d’un escabeau en jardinant ou en bricolant, être victime d’une agression, contracter une infection nosocomiale lors d’une hospitalisation, se blesser en pratiquant une activité sportive, se brûler en cuisinant…  

 

Tous ces risques de la vie quotidienne ne doivent pas être pris à la légère. Chaque année en France, les accidents de la vie causent en moyenne 20 000 décès et font 11 millions de blessés. 

 

Pour ces accidents où la victime se blesse elle-même ou bien lorsque le responsable ne peut pas être identifié, il existe la garantie accidents de la vie. Cette assurance permet d’obtenir une indemnisation pour le préjudice physique et ses répercussions sur votre vie professionnelle, personnelle, matérielle et familiale. 

 

Votre contrat GAV peut protéger uniquement le souscripteur ou couvrir l’ensemble de votre famille. 

 

Zoom sur les types d’accidents couverts

Votre GAV couvre les dommages corporels liés aux

  • accidents domestiques comme une brûlure, une chute, un accident de bricolage ou de jardinage, une intoxication alimentaire… ; 
  • accidents survenus dans le cadre d’une activité de loisirs, la pratique d’un sport, un voyage… ; 
  • catastrophes naturelles et technologiques comme une tempête, une avalanche, un séisme, l’effondrement d’un bâtiment… ; 
  • accidents médicaux ; 
  • agressions et attentat. 

 

Si vous êtes victime de l’un de ces types d’accident et souffrez d’une incapacité, vous pourrez activer votre GAV. Cette assurance se déclenche généralement à partir d’un taux d’incapacité permanente partielle de 30 %. Certains contrats permettent de choisir un seuil d’intervention inférieur, dès 10 % voire même 5 %, et sont donc plus protecteurs. 

 

Après reconnaissance de votre incapacité, la GAV prend en charge les frais : 

  • d’adaptation de votre logement et de votre voiture, 
  • d’assistance permanente d’une tierce personne, 
  • de perte de revenu, 
  • de déficit fonctionnel permanent, 
  • aux souffrances endurées, 
  • au préjudice esthétique permanent, 
  • au préjudice d’agrément. 

Si la personne assurée décède, ce sont les préjudices moraux et économiques des bénéficiaires qui font l’objet d’une indemnisation

  • les frais d’obsèques, 
  • les pertes de revenus pour les proches, 
  • le préjudice d’affection, 
  • la rente d’éducation pour les enfants 

 

L’offre d’indemnisation doit être émise au plus tard dans les 5 mois qui suivent la déclaration de l’accident ou du décès. Après accord de la victime ou du bénéficiaire, l’assureur dispose d’un mois maximum pour verser le montant de l’indemnisation. 

Bon à savoir : l’indemnisation versée dans le cadre de la GAV est plafonnée. Sauf contrat spécifique, le plafond de garanties est fixé à 1 million d’euros par victime et par évènement. 

 

Le tarif de la GAV dépend de : 

  • l’âge des assurés,  
  • la composition du foyer,  
  • le seuil d’intervention choisi,  
  • l’étendue des garanties, 
  • le niveau de franchise. 

 

Ce sont ces différents critères que vous devez comparer et moduler selon vos besoins pour disposer du contrat le plus adapté. 

 

Zoom sur les types d’accidents non couverts et les exclusions 

 

Certains préjudices ne sont pas couverts par la GAV : 

  • les accidents du travail, 
  • les accidents de la route, 
  • les dommages sur les biens matériels, 
  • les maladies ne résultant pas d’un accident.  

 

Pour ces préjudices, il existe d’autres assurances : assurance auto, assurance santé, assurance habitation. 

 

Il faut également savoir que les sports dangereux sont, sauf exception, exclus des contrats GAV. La pratique d’une activité à risque est proposée par certains contrats. En conséquence, le tarif sera plus élevé, mais pensez-y si vous pratiquez : 

  • la plongée, 
  • le saut en parachute,  
  • l’alpinisme… 

 

A noter également que la garantie couvre les accidents survenus dans les pays de l’Union européenne et la Suisse, ainsi que ceux survenus dans le reste du monde si la durée du séjour est inférieure à 3 mois. 
Partager sur les réseaux sociaux