Santé-Prévoyance
Stratégie « Ma santé 2022 » : quelle place pour la e-santé ? DR

Stratégie « Ma santé 2022 » : quelle place pour la e-santé ?

La stratégie « Ma santé 2022 », annoncée en septembre 2018 par le président de la République, propose une transformation profonde du système de santé français et de son fonctionnement. Quels sont ses objectifs en termes de e-santé ?

Accès aux soins et coopération entre les acteurs de la santé 

Selon le ministère des Solidarités et de la Santé, la stratégie « Ma santé 2022 » vise à apporter « des réponses globales aux défis auxquels est confronté le système de santé français ».  

Parmi ces défis figurent la lutte contre les inégalités d’accès aux soins, le renforcement de la coopération entre les professionnels de santé et l’optimisation de l’organisation territoriale. « Ma santé 2022 » fait suite à la stratégie nationale « e-santé 2020 » lancée en 2016.  

 

La transformation numérique, un des piliers de la stratégie « Ma santé 2022 »  

Pour répondre à ces défis, la mobilisation des technologies numériques figure parmi les chantiers définis dans la stratégie « Ma santé 2022 ». Le développement de la e-santé apparaît ainsi comme un des leviers de la transformation du système de santé.  

 

La télémédecine 

Outil de renforcement de l’accès au soin, le développement de la télémédecine est un des axes de la transformation du système de santé. 

Pendant l’épidémie de Covid-19, le cadre réglementaire de la télémédecine a été assoupli pour faciliter sa pratique.  

 

 

Le télésoin 

Parmi les mesures ayant permis le déploiement de la télémédecine, il y a la mise en place de la téléconsultation remboursée par l’Assurance maladie depuis la signature de l’avenant 6 à la convention médicale en juin 2018.  

Plus récemment, la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé votée définitivement en juillet 2019, qui contient une partie des mesures de la stratégie « Ma santé 2022 », a introduit le télésoin.  

Il s’agit de la « pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication mettant en rapport un patient avec un ou plusieurs pharmaciens ou auxiliaires médicaux ». 

Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, des nouvelles professions appartenant à la catégorie des auxiliaires médicaux peuvent exercer des télésoins.  

 

La prescription électronique  

La loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé votée définitivement en juillet 2019 ouvre la voie à la généralisation de la prescription électronique, appelée aussi e-prescription.   

L’Assurance maladie devrait généraliser la prescription dématérialisée pour les traitements médicamenteux et les actes médicaux d’ici à 2022. Le recours aux e-prescriptions est d’ores et déjà expérimenté dans certains territoires.  

Le passage à la prescription électronique permettra d’éviter les pertes d’ordonnance, de combattre la fraude, de notifier le médecin lorsque le patient retire ses médicaments et d’améliorer le suivi des patients de manière générale. En ce sens, cette mesure s’inscrit dans la stratégie « Ma santé 2022 ».    

 

Le Dossier médical partagé automatique à partir de 2021 

L’accès aux données de santé et la coopération entre les différents professionnels de santé font partie des grands axes de la stratégie « Ma santé 2022 ».  

Pour ce faire, les assurés de l’Assurance maladie peuvent se créer un Dossier médical partagé (DMP). Il s’agit d’un carnet de santé numérique regroupant des documents relatifs à la santé d’un patient. Ce dispositif a été lancé en novembre 2018. 

Pour l’instant, le DMP s’adresse à l’ensemble des personnes affiliées à l’Assurance maladie mais il n’est pas obligatoire. La loi relative à l'organisation et à la transformation du système de santé devrait changer la situation. Elle prévoit l'ouverture automatique du dossier médical partagé à l'été 2021 et son alimentation par les professionnels de la santé du travail.  

 

Un espace numérique de santé personnel à l’horizon 2022 

Dans le but de renforcer le partage des informations de santé, d'ici au 1er janvier 2022, tous les patients auront aussi leur propre espace numérique de santé, dont fera partie notamment le dossier médical partagé. 

L’objectif est de simplifier le parcours de santé de chacun, de fluidifier les échanges et la transmission d’informations entre professionnels. 

 

Le Health Data Hub, une plate-forme pour les données de santé 

L’information et les data sont au cœur du projet gouvernemental Health Data Hub. Il s’agit d’une plateforme de données de santé dont la création est prévue dans la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé. Le Health Data Hub a officiellement été lancé avec la publication d’un arrêté ministériel le 30 novembre 2019.  

Cette plate-forme donne accès aux bases de données de l’Assurance maladie et des hôpitaux, mais également de la médecine de ville. Les données recueillies peuvent être utilisées pour la recherche, l’amélioration des soins et le pilotage du système de santé.  

Enfin, le Health Data Hub doit permettre le développement d’innovations en santé, notamment celles liées à l’intelligence artificielle. 

 

Partager sur les réseaux sociaux